Le Sang des Elfes

Le fragile équilibre des terres d’Asha est menacé. Incarnerez-vous l'un des fiers Elfes Sylvains, un impitoyable Drow ou encore un énigmatique Elfe de la Lune ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rána Daevon E'Lira
Le Vagabond
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 03/09/2015
Age : 26

MessageSujet: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Ven 25 Sep - 12:32

Les remparts de la cité se dressaient derrière lui, masse imposante et sombre qui abritait autant la beauté que la cruauté. Personne ne vint lui souhaiter bon voyage, pas plus qu’il ne fit ses adieux à quiconque. Il en valait ainsi dans la société des Elfes Noirs.
Mais tout cela ne dérangeait pas Rána, bien peu habitué aux élans d’affection. Son esprit était déjà tourné vers sa mission et c’est sans un regard en arrière qu’il s’enfonça dans les tunnels de l’immense caverne. Le scintillement des globes lumineux d’Har’oloth s’évanouit peu à peu, jusqu’à ce que l’ombre seule l’avale tout entier. Mais le Drow ne craignait pas cette dernière. Au contraire, l’excès de lumière agressait ses yeux accoutumés à l’obscurité des profondeurs.

De même, il avait adopté naturellement la démarche d’une personne sur ses gardes, se collant à la paroi rocheuse du tunnel. Ses vêtements sombres se fondirent avec le décor, tandis que ses bottes foulaient le sol sans un bruit. On apprenait à vivre dans les cavernes et une chose était certaine : on n’y vivait pas comme ailleurs. Il fallait toujours prendre garde, une fois sorti de la cité, aux créatures des ombres qui pouvait vous attaquer.

Un sourire ironique fendit les lèvres de Rána. Même à l’intérieur des cités Drows, le danger était partout.

Justement, à peine eut-il fait quelques pas qu’il s’arrêta net. Comme par magie, ses dagues crantées apparurent dans ses mains. Le Drow se déplaça souplement ; ses bras se déplièrent à la rapidité de l’éclair, jusqu’à ce que la lame de ses armes se colle sous le menton de celui qui avait cru pouvoir arriver dans son dos.

Un fracas métallique retentit ; l’autre avait paré le coup. Rána discerna sans la moindre difficulté les traits du Drow désormais face à lui, en posture défensive. Il ne paraissait pas réellement choqué et Rána le soupçonnait d’avoir deviné, en approchant, qu’il allait l’attaquer.

« Nym », dit-il simplement d’une voix rauque.

Ce dernier, méfiant, attendait visiblement que Rána range ses armes et l’échange visuel dura de longues secondes encore jusqu’à ce que le commandant des Maraudeurs daigne rengainer les dagues. Alors seulement, Nym parut se détendre.

« Vous êtes parti sans dire un mot à la faction », dit-il, comme un reproche.

Les sourcils de Rána escaladèrent son front.

« Ah ? Je dois te rendre des comptes, maintenant ? », lança t-il sans dissimuler l’ironie mordante de ses propos.

Nym était une jeune recrue des Maraudeurs et tout, dans son attitude, le trahissait. Il faisait un guerrier prometteur et adroit, mais il ne savait pas encore comment apprivoiser le caractère de son commandant. Pourtant, il ne se laissait jamais intimider par Rána et osait lui répondre, au risque de se voir asséner un coup de poing dans le menton. Une fois, Rána avait frappé si fort qu’il était resté assommé pendant une bonne demi-heure, gisant sur le sol en pierre froide. A son réveil, il n’avait pas songé un seul instant que Rána ait pu ressentir une once de culpabilité. Et il avait bien raison.

« Matrone Opale ne va pas apprécier que vous quittiez les Montagnes seul. Laissez-moi au moins vous escorter. »

La remarque aurait pu faire rire l’aîné des deux Drows. Il se retint de lui rétorquer que ce serait plutôt lui qui l’escorterait que l’inverse. La présomption de Nym était parfois amusante. De toute façon, il ne manquerait pas de lui rappeler à l’entraînement qu’il avait encore beaucoup de progrès à faire.

« Matrone Opale n’est pas commandant des Maraudeurs, répliqua Rána sur un ton irrité à l’évocation de sa mère. Auquel cas, la fin du monde serait proche… »

Nym esquissa un sourire aux dernières paroles de son chef et ce dernier lui décocha un regard sombre. Le jeune Elfe pâlit aussitôt.

« Tu viens de te moquer d’une Matrone, insolent », gronda le commandant.

La belle assurance de Nym venait de s’envoler et toute trace d’amusement disparut de ses traits comme par enchantement.

« Mais, c’est vous qui… »

« C’est moi qui quoi ? »

Rána n’avait pas besoin d’élever la voix. Celle-ci grondait suffisamment et tout dans son allure donnait l’image d’un guerrier furibond. Il vit Nym déglutir, sentant sans doute le coup venir.

Seulement, le commandant des Maraudeurs se contenta de lui asséner une tape retentissante sur l’épaule, qui manqua de lui faire cracher ses poumons.

« Allez, détends-toi ! », lança Rána, satisfait d’avoir prouvé –si besoin était- qu’il était bien un mâle alpha. « Je reviendrai sans doute avant le lever du soleil. »

« Lloth kyol dos ! » (« Que Lloth vous garde »), ajouta Nym en langage des signes.

Rána répondit à son salut, puis il disparut pour de bon dans le tunnel. Nym ne voyait sans doute pas d’un très bon œil son escapade en solitaire à la surface, mais le commandant avait pour habitude de n’en faire qu’à sa tête. Et puis, mieux valait éviter d’attirer l’attention des Elfes de la surface en y allant trop nombreux.

***

Lorsqu’il sortir des cavernes, c’est un ciel crépusculaire qui l’accueillit. Le soleil venait de se coucher, un moment propice pour se risquer dans la Forêt. Rána leva machinalement la tête vers le ciel et un vertige le saisit comme à chaque fois qu’il quittait les Monts d’Obsidienne. Il trouvait la voûte céleste prodigieuse et, en même temps, le monde de la surface lui semblait si vaste qu’il ressentait parfois le besoin irrationnel d’aller se cacher dans ses cavernes. La lune commençait à apparaître, aussi le Drow écarta t-il les bras, savourant un instant de liberté.

« Un jour, je pourrais vivre sous le ciel », se promit-il à mi-voix.

Puis, toute trace d’apaisement s’estompa aussitôt de ses traits de marbre, ne laissant que l’expression du loup aux aguets. Il se mit en route, le regard rivé vers le Nord.
Non loin des Monts d’Obsidienne se trouvait la Vallée des Vents, ancien territoire des Elfes de la Lune. Ces derniers avaient payé le prix de leur faiblesse, il y a environ un siècle de cela, mais Rána savait qu’il existait un certain nombre de survivants. *Etrange que mon peuple en ai laissé vivre autant*, se dit le Drow sans émotion particulière. Il était très jeune lorsque le massacre s’était produit, détruisant la civilisation des Elfes de la Lune. Rána n’avait jamais été un adepte de la vengeance excessive. Il tenait davantage pour responsable du sort des Drow les Elfes Sylvains que leurs cousins lunaires. Sans éprouver de réelle pitié à l’égard de ces derniers, qu’il jugeait faibles et futiles, il n’avait cependant jamais approuvé la façon dont leur chute avait été précipité. Après tout, qu’avaient-ils à faire de la Vallée des Vents ? Le Cœur d'Asha était bien plus digne d'intérêt !

Puis, dans le Nord, sévissait le Mal d’Asha. C’était la raison pour laquelle Rána se trouvait à la surface en ce moment même et non pour le plaisir d’arpenter Asha sous le ciel étoilé. La situation se dégradait au cœur des Monts d’Obsidienne. Un jour, il faudrait sans doute se rendre au plus profond des Entrailles, là où aucun Drow n’avait encore jamais osé se rendre. Mais Rána ne voulait pas précipiter les choses. D’abord, il espérait trouver une explication au Mal là où ce dernier puisait sa source. Le Nord.

***

La nuit venait de tomber. Rána progressait parmi les arbres au tronc noueux. L’obscurité créait des ombres à la surface de l’eau, reflétant les branches qui pendaient telles de griffes prêtes à déchiqueter les vêtements des voyageurs égarés.
Rána s’était déjà rendu aux abords des Marais de l’Oubli, mais jamais il n’était entré à l’intérieur.

*Et on comprend pourquoi*, songea t-il en plissant le nez. Une odeur d’humidité planait à la surface de l’eau. Jadis, ces marécages étaient de vastes lagons, mais depuis l’apparition du Mal, ils ressemblaient désormais à ces terres ravagées par une eau trouble et certainement remplie d’abominations. Une fine couche de brume sinuait entre les arbres recouverts de mousse.

Les lieux respiraient la tristesse autant que la corruption. Rána demeura sur ses gardes. Qui sait ce qui se nichait dans cette zone boueuse et glauque ? Parfois, des bruits étranges, au loin, crevaient le silence austère et il valait mieux ne pas trop songer à ce qui pouvait en être la source. Seulement, le garder en tête…

La nuit n’aidait pas à rendre les Marais plus agréables et moins dangereux, mais pour le Drow, elle facilitait sa progression. Il avançait avec précaution et agilité, tout en veillant à ne pas trop frôler la surface de l’eau. Il remarqua avec insatisfaction que ses bottes laissaient des traces sur le sol plein de boue, mais l’Elfe ne voulait pas perdre trop de temps à les camoufler. Il fit seulement attention aux endroits sur lesquels il posait les pieds.

A la pâle lueur de la lune, sa peau lui paraissait plus grise encore que dans les cavernes, comme sculptée dans une pierre polie.  

Alors qu’il se déplaçait lentement à travers les marécages, Rána s’arrêta. Son expérience du monde souterrain l’avait habitué à déceler le danger à l’approche de ce dernier. Et son instinct ne le trompait que rarement. De toute évidence, il n’était pas seul dans les Marais.

Quelqu’un le suivait-il ? Par réflexe, le Drow se fondit dans les ombres, rabattant d’un geste vif le capuchon de sa veste sombre sur sa tête. Il se déplaça tout aussi rapidement pour se trouver hors de portée des regards, à l’abri derrière le tronc d’un arbre.

Ses bras pendaient le long de son corps, mais il ne fallait pourtant pas s’y tromper ; il ne lui faudrait que le temps d’un battement de cils pour saisir ses deux dagues crantées à sa ceinture.

Dans l’attente, les yeux violets de l’Elfe Noir fouillèrent les lieux, cherchant à déceler une silhouette parmi la végétation.

_________________
"Jal khaless zhah waela" ("toute confiance est une folie")
Couleur = #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-sang-des-elfes.forumactif.org
Helende Idilys’naïa
La Vierge de Fer
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 22
Localisation : Au Col des Harpies

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Ven 25 Sep - 21:06

- Poste de garde des Eclaireurs –

Accoudé sur le plus haut balcon de guet du Col des Harpies, Thorondor appelé le Roi des Aigles observait les alentours d’un air absent, son regard gris se porta sur l’échine de Morë la vision de ses montagnes sombres lui donnait toujours des frissons dans la nuque et cela même après la cinquantaine d’année qu’il était là, niché dans la tour de garde des Eclaireurs.
Il recula enfin et se dirigea vers la table en pierre ou était posée une carte des environs, à côté se tenait la commandante, observant la disposition des pions qui représentait des binômes d’éclaireurs. Il montra un pion noir posé vers une illustration ou était écrit : le Marais de l’Oubli avant de parler :

« Elentìr disait qu’il avait trouvé quelque chose d’intéressant là-bas. »

« A part une balafre sur le visage et de la boue, je ne sais pas ce qu’il a put trouver. »

Thorondor ne put s’empêcher de sourire à la remarque et montra différent lieux au fur et à mesure. Helende semblait plus pensive que d’habitude, fixant les points dangereux de la carte tout en mettant des mèches derrières ses oreilles.

« Certains disent que le Mal serait apparut aussi à cet endroit, il y aurait des traces ici et ici. Et Oryà a vu des cadavres d’animaux…ils ont été attaqués… de façon très étrange, trop cruel pour que ce soit des loups ou des ours. »

« Monstres ? »

« Peut-être. Céciel se porte volontaire pour aller y jeter un coup d’œil et Tilmö peut l’accompagner. »

« Envoie plutôt Tilmö vers les Sentiers Eternels et laisse Oryà accompagner Céciel, elle sait où ça se trouve, ils gagneront du temps.»

Un silence s’installa entre les deux personnes, un aigle se posa sur le balcon, regardant la scène avant de s’envoler loin vers l’horizon.

« Je ne pense pas que c’est une bonne idée de les mettre ensemble. »

« Ils sont partenaires depuis vingt ans, ils savent très bien gérer le danger en se protégeant mutuellement. »

« Le combat n’est pas leurs premiers atouts. » Essaya d’argumenter l’homme.

« Peut-être mais la rapidité et le camouflage si. Ils n’auront aucun problème à disparaître de leurs ennemis. »

Thorondor fronça les sourcils à l’idée de savoir les deux elfes ensembles, surtout qu’il avait enfin la chance de s’approcher de l’elfe depuis quelque semaine. Quand il releva son regard vers Helende, celle-ci le fixait de ses yeux émeraude en attendant la suite du programme. Il s’éclaircit la voix en sentant ses oreilles rougirent sous sa capuche:

« Pour l’habituel tour du périmètre ? Elentìr ? »

« Oui avec une nouvelle recrue et avec lui deux autres binômes, l’un partira du carrefour de l’écureuil et l’autre suivra la rivière. »

« Je vais aller organiser les préparatifs alors. »

Elle regarda l’homme ranger ses affaires et s’avancer vers la porte avant de poser son regard vers la carte, pensive.

« Thorondor ! »

« Oui, Commandante ? »

« Dis à Elentìr que je vais vérifier ses dires à propos du Marais ! »

« Bien. »

- Marais de l’Oubli –

Helende observait l’eau, immobile, sa main gauche était derrière son dos, caressant le pommeau de son poignard, prête à le dégainer. Sa botte s’avança vers la surface de l’eau, plongeant doucement son pied dans le liquide visqueux, elle ne put réprimer un air dégouté sur le visage. Elle maudit intérieurement Elentìr en continuant son chemin, l’eau lui arrivait maintenant vers les genoux, elle fut reconnaissante envers la qualité de ses bottes montantes car l’eau ne traversait pas le cuir et ainsi, ne venait pas mouiller ses pieds, chose qu’elle trouvait extrêmement désagréable.

Son regard émeraude faisait attention à chaque bulles qui apparaissaient à la surface de l’eau, sentant son arc se balancer dans son dos, elle le remit correctement avant de s’arrêter devant un arbre difforme qui avait l’apparence abstraite d’un cygne. Elle tendit les mains et agrippa l’une des branches, se mettant hors de l’eau en s’appuyant sur des racines et pencha la tête vers le centre de l’arbre. Comme l’avait décrit Elentìr, l’arbre était creux en son centre et niché là, un petit carnet en cuir appartenant à l’Elfe maintenant balafré. Helende l’attrapa et le glissa dans la sacoche accrochée à  sa taille.

« Une chose de faite… » Soupira-t-elle en s’asseyant sur une branche. Observant le coucher de soleil sur le marais tant redouté par ses congénères. L’odeur de moisissure et d’eau croupie la dérangeait toujours, même si elle avait son foulard sur le nez. L’odeur des fleurs de lys atténuait certes l’odeur mais pas la vue, cette vision désolée du Marais l’attristait profondément. Sa mère lui avait déjà raconté plusieurs vieilles histoires sur ce lieu quand il était paradisiaque mais maintenant,  ça ne serait que des contes pour faire peur aux enfants.

Elle repartit en route après avoir grignoté une pomme, sautant de l’autre côté de l’arbre et atterrissant dans un chemin boueux, elle resta cependant près des arbres pour ne pas être trop visible. Elle se fondit lentement dans le décor, ses cheveux tressés étaient cachés dans le col de sa tenue. D’après Elentìr, la fameuse chose intéressante était vers le Nord, sans aucun autre indice, Helende se sentait bête d’être allé à l’aveuglette dans le Marais. Surtout qu’elle avait l’impression d’être tombé dans un piège, Elentìr voulant peut-être juste récupérer son carnet et il n’y avait rien à voir dans cet endroit visqueux. Un craquement se fit entendre à sa gauche et elle tourna le regard, s’accroupissant derrière un genre de bosquet, elle ne vit cependant rien, mais attrapa tout de même son arc et une flèche.

Elle se dirigea ensuite, lentement, vers l’origine du bruit et s’agenouillant, fixa le sol boueux ou se détachaient des traces de pas. Helende fronça les sourcils, cela ne pouvait pas être un éclaireur, il ne restait qu’une possibilité infime que ce soit un sang-visage qui s’aventure ici. Elle supposa donc que la personne qui avait laissé des traces était un elfe noir. Elle se leva, et suivit les traces vers les arbres qui se dirigeaient vers un tronc, elle s’arrêta donc à cet endroit et tendit la corde de son arc.

« Sors de là, Drow. »

Alors qu’elle allait s’avancer d’un pas, un bruit attira son attention et elle tourna doucement la tête en reculant. Fixant une silhouette s’avancer vers elle, encapuchonnée. Helende ne put réprimer un soupire en se disant qu’elle n’avait décidément pas de chance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deardeadalice.forumactif.org/
Elënna O'ronrà
Descendante des Anciens
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Sam 26 Sep - 19:36

Le jour n’allait pas tarder à se coucher. C’était le temps parfait pour quitter le village qui était bien plus actif une fois la nuit tombée. Elle savait qu’elle devait faire rapidement. Discrètement, aux fils des jours, elle avait pris ce qui allait lui être utile pour le long voyage qu’elle entreprenait. Pour aller où? Même elle ne le savait pas encore tout à fait.

Elle caressa une dernière fois le tissu doux et soyeux de la longue robe qui était posée sur le lit fait. Elle ne porterait pas des comme ça avant un long moment, peut-être même plus jamais… Elle noua une grande cape noire atour de son cou fin, après avoir enfilé un sac léger.
Elle sortit discrètement de la maison, tentant de ne pas se faire remarquer. Après avoir fait quelques pas, elle s’arrêta lorsqu’une voix qu’elle reconnut sans peine lui reprocha :

-Comptais-tu t’enfuir comme une voleuse, Elënna?

La jeune elfe soupira et se retourna vers son interlocuteur et dit :

-Non, Grand-père, puisque je ne suis pas une voleuse…

Il ne tient pas compte de sa remarque.

-Mais tu ne comptais pas dire au revoir non plus.

Elle répondit franchement :

-Non.

Le vieil homme ferma les yeux. Il n’était pas du genre à montrer ses émotions, devant toujours paraitre fort et sage. Mais pour ceux qui le connaissaient bien, on pouvait voir que laisser son unique petite-fille le quitter ainsi le peinait.

Elënna resta silencieuse. Elle comprenait en partie les tourments de son grand-père. Il y avait tant de danger à l’extérieur du village. Tant de gens qui souhaitait voir son peuple disparaitre de la surface d’Asha, mais rester lui était impossible. Elle avait le pressentiment qu’elle devait agir contre le mal qui sévissait dans le Nord. Ce sentiment l’oppressait tellement qu’il lui donnait l’impression d’étouffer. Elle devait agir, sinon, elle en deviendrait folle…

La voix profonde de l’Ancien s’éleva à nouveau, alors que le ciel s’embrasait des couleurs du couchant :

-Je ne pourrais rien faire pour t’arrêter, je ne les sais que trop bien. Tu en as toujours fait qu’à ta tête, peut-importe ce qu’on te disait… Par contre, écoute une dernière fois les conseils d’un vieil elfe. À toi de juger s’ils te seront utiles…

L’elfe lunaire était impatiente de se mettre en route, elle savait qu’en marchant en direction du Sud, elle trouverait certaines réponses. Mais ne pas écouter son grand-père lorsqu’il prenait un air aussi sérieux aurait été de la folie. Elle acquiesça, démontrant qu’elle était toute ouïe.

-Premièrement, reste toujours sur tes gardes. Tu es vive, je le sais, mais un seul moment d’inattention pourrait t’être fatal et deuxièmement, voyage de nuit.  Cela peut te sembler complètement fou, mais les Drows ont tendance à sortir une fois le soleil tombé. Si tu ne souhaites pas te faire surprendre par l’un deux durant ton sommeil…

Elle comprit rapidement ce qu’il tentait de lui dire. C’était en effet un conseil avisé qu’elle allait prendre en note. Bouger pendant que l’ennemi aussi bougeait, c’était diminué les chances de rencontre…

Elënna remercia son grand-père. Ce n’était pas tant pour ces conseils, mais pour tout ce qu’il avait fait pour elle. Elle se retourna et reprit son chemin.

Ëargon regretta soudainement de ne pas l’avoir pris dans ses bras, alors qu’il voyait disparaitre la longue tresse argentée disparaitre entre les arbres.

-Qu’Ithil te protège, mon enfant…

***

 Elle était déjà à près d’une heure de marche de son village et la lune avait commencé à éclairer la cime des arbres, lorsqu’elle se retourna vivement.

-Combien de temps encore vas-tu me suivre, Thaliòn?

L’elfe sortit d’entre les ombres et s’avança en direction de la jeune femme. Il ne dit rien, contentant d’observer celle qui se trouvait devant lui.

Elle ne ressemblait plus à la Elënna qu’il connaissait. Habillée comme elle l’était, d’un pantalon et d’un haut de cuir gris tirant sur le noir, elle ressemblait plus à une chasseresse qu’à une magicienne. Son regard argenté était illuminé d’une détermination qu’il lui avait rarement vue.

Le silence s’installa entre eux, coupé par les faibles bruits de la nuit qui se réveille. Il s’approcha un peu plus et lui attrapa le poignet. Rapidement, il y noua une bandelette de cuir. Celle-ci était décorée d’une délicate pierre de lune incrustée dans une bande d’argent ouvragé.

Elënna resta stupéfaite quelques secondes. Elle demanda :

-Où à tu trouvé ça?

Thaliòn esquissa un sourire.

-Tu oublies que je suis apprenti orfèvre. C’est moi qui l’ai fait… Pour que tu n’oublies jamais d’où tu viens…

Elle n’osa pas lever les yeux. Elle répondit :

-Je t’en prie… Tu devrais penser à offrir ton cœur à une femme plus méritante que moi…

Une tristesse passa sur le visage de l’elfe avant de s’évanouir. Il posa sa main sur la joue de la jeune femme :

-À conditions que tu y réfléchisses, toi aussi.

Elle détourna la tête et recula de quelques pas. Elle dit simplement, avant de remonter sa capuche sur ses cheveux brillants :

-Entendue. «Namárië, mellon nîn». (Adieu, mon ami)

Elle se retourna et reprit la direction du Sud. Elle devait se faire violence pour ne pas regarder une dernière fois. Avant de se fondre dans les arbres, elle entendit :

-«Mára mesta» (Bon voyage)

***

Elle avait marché plusieurs jours, voyageant de nuit et dormant le jour. Au croisement d’une rivière, elle avait rempli sa gourde qu’elle conservait attaché à sa taille. Toujours avoir de l’eau sous la main, pour une spécialiste de la magie de Silmë était essentiel.
Elënna avait fait des détours pour éviter de se faire repérer. Elle continuait de suivre le ciel qui lui indiquait la direction du Sud.

Elle arrivait maintenant dans le Marais de l’Oubli. Qu’est-ce qu’elle aurait donné pour voir cet endroit lorsque l’eau y était encore pure et cristalline.

L’odeur de moisissure et d’humidité, charrié par le faible vent,  lui fit froncer le nez. Elle inspecta rapidement la berge boueuse. Assurément que s’aventurer dans les eaux boueuses allait attirer tout ce qui y grouillait maintenant.

Elle retira ses bottes et récita silencieusement un sortilège. Elle s’avança sur l’eau qui soutenait maintenant son poids. Elle se déplaça doucement, et aucune ride ne se forma à la surface. La moindre vibration pouvait la trahir. Mais en contrepartie, elle ressentait les mouvements de l’eau sur la plante de ses pieds. Pratique pour rester alerte…

La Lune éclairait en intermittence la brume qui recouvrait la surface noire de l’eau et sa longue tresse argentée envoyait par-ci par-là un éclat argenté.

Le Sud… Aller vers le Sud…

C’était la seule pensée qui l’assaillait. Le Marais n’était probablement pas le chemin le plus court, bien au contraire. Mais au moins, il y avait de l’eau partout…
Entre deux entrelacs d’eau, elle remarqua une trace de pas dans la boue. Elle semblait plutôt fraiche. Elle n’était pas seule, assurément…

Elënna cessa de bouger, tentant d’apercevoir si quelque chose se cachait entre les ombres.
Elle en venait presque à espérer que cela soit l’une de ses pitoyables créatures qui hantaient désormais l’endroit. Elle continua à s’aventurer plus profondément dans le cœur du Marais. Alors qu’elle sortit d’entre deux arbres, elle entendit une voix féminine s’exclamer :

-Sors de là, Drow.

L’arc de l’elfe était tendu en direction d’un arbre, mais celle-ci se retourna. Elle l’avait vue, c’était certain maintenant. L’elfe de lune se maudit intérieurement.

L’instinct de l’autre femme devait être très aiguisé pour qu’elle ait ressentit l’approche de la jeune elfe. Elle ne pouvait plus se cacher maintenant. Pire encore, un Drow semblait se cacher quelques pas plus loin.

Ne sachant que faire, elle resta quelques secondes sans bouger. Un brusque coup de vent se leva et fit tomber sa capuche. La Lune brilla fortement sur sa chevelure argentée et la marque étoilée de sa poitrine. Impossible de passer inaperçu maintenant qu’elle étincelait comme un astre.

Deux bandes d’eau noire s’éleva du marais et commença à tourbillonner autour de son corps frêle. Autant se tenir prête à toutes les éventualités...

- «Le suilon» (Je vous salue).

Autant rester polie si on ne voulait pas se retrouver avec deux ennemis sur le dos. Et selon la tension qui régnait, ils étaient clairement habitués au combat...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rána Daevon E'Lira
Le Vagabond
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 03/09/2015
Age : 26

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Lun 28 Sep - 15:18

Une odeur de moisissure emplit les narines du Drow, alors qu’il se tenait contre le tronc de l’arbre. Une odeur de moisissure et un parfum nettement plus boisé, à peine perceptible.

Rána fronça les sourcils, ses sens en éveil. Il eut beau tendre l’oreille, il éprouva quelques peines à entendre les bruits de pas qui approchaient. Mais son instinct ne pouvait l’avoir trompé. Le danger était tout proche, il le sentait.
Comme pour confirmer ses soupçons, une voix féminine creva le silence de Marais.  

« Sors de là, Drow. »

Aussitôt, les dagues du guerrier se retrouvèrent dans ses mains, les deux lames enduites de poison comme à chaque fois qu’il se risquait en dehors des cités Drows. Ainsi, l’autre avait non seulement perçu sa présence, mais elle savait également à quel peuple il appartenait. A moins que ce ne soit un coup de bluff ? Après tout, qui arpenterait des territoires hostiles hormis un Elfe Noir, accoutumé au danger et aux risques ?

Dissimulé dans l’ombre, Rána osa jeter un coup d’œil à la frêle silhouette qui se tenait devant sa cachette, arc tendu dans sa direction. La nuit jouait en sa faveur ; il lui fallait simplement attendre un moment opportun pour se déplacer et l’attaquer. Car s’il sortait maintenant, il était mort.

Un éclat de lune accrocha la chevelure rousse de l’Elfe, mais le Drow n’en avait guère eu besoin pour discerner la teinte flamboyante de sa crinière. De même, ses yeux n’avaient besoin d’aucune lumière pour distinguer très nettement les traits de son adversaire, à cet instant tendus et en alerte. Une Elfe Sylvaine.

Rána avait déjà entendu parler d’une Elfe aux longs cheveux roux qui arpentait Asha, arc en main. Elle dirigeait la faction des Eclaireurs, les patrouilleurs du royaume sylvestre et maintes fois, sa route avait croisé celle de Bleidd, le propre frère de Rána. Etait-ce la même personne ?

En tant qu’espion, le Drow lui non plus n’en était pas à sa première rencontre avec les Eclaireurs. Il les connaissait assez pour savoir qu’ils n’étaient pas des combattants. En revanche, ils étaient accoutumés au danger et on les disait aussi courageux qu’incorruptibles. Rána devait bien choisir sa tactique s’il souhaitait engager le combat. L’Elfe devait être en alerte.

C’est alors que le moment qu’il attendait tant se présenta à lui. Une autre présence, bien plus nette, se fit sentir et au même moment, l’Elfe Sylvaine se recula, accaparée par cette nouvelle intrusion.

Un sourire carnassier fendit les lèvres de Rána. Ne jamais détourner son regard d’un Drow, c’était une règle de survie…

Les yeux de Rána se posèrent sur la silhouette encapuchonnée qui venaient d’entrer dans une zone marquée par l’hostilité. Comme pour rendre la tension plus palpable, le vent se leva brusquement, glissant sur le visage de Rána, lui qui était simplement habitué aux courants d’air des souterrains. Le capuchon de la nouvelle intruse tomba sur ses épaules, dévoilant aussitôt le teint pâle d’une Elfe aux cheveux d’argent.
Le Drow plissa un instant les yeux, par pur réflexe. Les rares « spécimens » d'Elfes de la Lune qu’il avait pu apercevoir de loin étaient des esclaves travaillant dans les mines des Entrailles. Le visage du guerrier se crispa à cette pensée. Combien de futurs esclaves avait-il dû ramener lui-même dans les profondeurs, jusqu’au marché noir d’Ul-Ilindith ? A peine avait-il vu le visage de l’Elfe qu’il s’était fait la réflexion machinale qu’elle se vendrait cher sur le marché. Les Elfes de la Lune se faisaient rares après tout. Néanmoins, il était seul en ce jour. Aucun autre Drow ne l'avait accompagné, donc rien ne l'obligeait à entraîner avec lui cette femelle à la peau si pâle.  

Le guerrier chassa ces pensées rapidement. Mieux valait périr que de finir dans les Entrailles ou au sein d’une Maison noble d’Har’oloth. Et puis, Rána n'était pas un marchand. C'était un tueur.  

Le Drow secoua la tête, tandis que des filets d’eau marécageuse s’élevaient dans les airs, le tout dans une atmosphère tendue. Une moue de dépit vint étirer le coin des lèvres de Rána. Une jeteuse de sorts ! Il ne manquait plus que cela ! se dit-il. Néanmoins, à la différence de la rouquine, Rána remarqua que celle-ci ne semblait pas habituée aux combats à mort. *Elle n’en a, sans nul doute, jamais disputé*, jugea t-il. Peut-être la laisserait-il en vie si elle ne se mêlait pas de l'altercation. Peut-être...

«Le suilon», salua l’Elfe, malgré le climat de tension.

Lassé de réfléchir calmement derrière l’arbre, Rána jugea le moment opportun pour sortir de sa cachette. Il se fondit dans les ombres de la nuit avec l’aisance d’un félin, profitant de l’instant d’inattention suscité par l’entrée théâtrale de l’Elfe de la Lune. De son avis, les magiciens ne savaient pas faire dans la simplicité. Pour lui, un bon coup de lame et c’en était terminé. Rapide, simple, précis.

A la vitesse de l’éclair, le Drow se déplaça hors de son poste de surveillance. Il ne faisait qu’un avec l’obscurité, silhouette sombre se mouvant parmi les chimères propres à la nuit. Les deux Elfes avaient sans doute dû percevoir son mouvement, mais il était malaisé de le suivre des yeux au milieu de la végétation marécageuse qui lui servait d'abris.

Alors, le Drow jaillit derrière la rouquine, la lune faisant briller l’une des lames dans sa main.

« Où regardes-tu ? », lança t-il.

Son bras se déplia souplement en direction de l’Elfe, forçant cette dernière à lui prêter attention et à reculer par la même occasion. Il n’avait pas l’intention de la tuer tout de suite. Il tenait d’abord à savoir si elle était réellement celle que l’on surnommait la Vierge de fer. Auquel cas, il enverrait sa tête à Em’rys Fëalócë.

Son capuchon dissimulant toujours ses traits, l’Elfe Noir croisa ses deux dagues crantées devant lui, à hauteur du visage, le regard farouche. Ses yeux améthyste luisaient du feu du combat.  

« Wanyë » (bonsoir), salua t-il à son tour en elfique, d’une voix rauque où seule personne l’ironie. « Il est malpoli de mettre en joue des inconnus, ne te l’a-t-on jamais dit, Darthiir ? », ajouta t-il en direction de l’Elfe Sylvaine, usant du mot Drow pour désigner les Elfes de la surface.

Le Drow jeta un coup d'œil vers l'Elfe de la Lune un peu plus loin. Visiblement, les deux Elfes n'étaient pas alliées, mais il n'ignorait pas représenter l'ennemi pour leurs deux peuples. Si elles joignaient leurs forces, il devrait se battre sur les deux fronts, aussi comptait-il bien surveiller les mouvements de chacune d'entre elles.

_________________
"Jal khaless zhah waela" ("toute confiance est une folie")
Couleur = #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-sang-des-elfes.forumactif.org
Helende Idilys’naïa
La Vierge de Fer
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 22
Localisation : Au Col des Harpies

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Lun 28 Sep - 17:43

Le vent se leva, fouettant le visage d’Helende qui n’avait toujours pas détourné son regard de l’inconnue. Et maintenant que la capuche tombait sur les épaules de la femme ce qui révéla un elfe de Lune, elle ne sut pas si elle était rassurée que ce ne soit pas un Drow, compagnon de celui caché derrière l’arbre ou si cela venait juste de lui faire signer son arrêt de mort car cela voulait dire qu’elle n’avait pas gardé à l’œil la personne qui allait l’attaquer à tout moment.

Les yeux vers se plissèrent dans une moue ennuyée quand ils virent des filets d’eau visqueux s’élever et tourner autour de l’Elfe argentée comme des voiles. Son pied gauche glissa légèrement en arrière, prêt à faire un mouvement d’esquive.

« Le suilon. » Dit la femme devant elle d’un air le plus calme du monde malgré la situation.

Voilà pourquoi Helende ne comprendrait certainement jamais les elfes Lunaires, ils étaient tellement étranges ! Elle ouvrit ses lèvres cachées derrière son foulard pour répondre à la jeune femme mais un mouvement la fit tourner la tête.

Elle essayant de discerner le Drow mais il était trop rapide, elle voulu tout de même garder l’autre personne dans sa vision. Elle soupira bruyamment en se préparant au pire, regrettant par la même occasion de n’avoir personne pour assurer ses arrières.

« Où regardes-tu ? »

Helende l’insulta des plus jolies mots elfiques mentalement, tournant son corps vers le Drow, elle le regarda de haut en bas. Plus grand et incontestablement plus fort qu’elle en matière de combat rapproché, elle essaya de discerner son visage mais la nuit et la capuche de l’elfe noir jouaient contre elle. Ses yeux verts se concentrèrent plutôt vers les deux dagues qu’elle ne préférait pas toucher.

« Wanyë.»

Helende leva les yeux un quart de seconde vers le ciel brumeux, voilà que le Drow était poli. Allait-il demander à l’Elfe de Lune si elle avait fait bonne route aussi ? Partager un repas autour d’un feu tant qu’ils y étaient ?

« Il est malpoli de mettre en joue des inconnus, ne te l’a-t-on jamais dit, Darthiir ? »

L’elfe sylvaine fixa le Drow longuement avant de parler.

« On m’a aussi dit de me méfier des inconnus, surtout des Drows. » Dit-elle en baissant son arc et rangeant sa flèche dans le carquois, devenus inutiles à cette distance ridicule.

« Ne ferais-tu pas pareil si je m’étais cachée derrière un tronc et que tu cherchais un moyen de me faire sortir ? »

Elle tourna son regard vers l’elfe Lunaire, la regardant réellement pour la première fois. Les elfes de la nuit étaient beaux et ils le savaient, que cela soit les yeux d’argent qui la fixaient ou la chevelure de neige qui entourait son visage, Helende ne put s’empêcher de se dire que cette elfe n’avait strictement aucune raison d’être là.

« Wanyë, Elfe argentée, il est rare de voir un des tiens en ce lieu dévasté. »

Helende revint vers le Drow, se demandant vraiment ce qu’elle devait faire à cet instant.

La fuite était préférable, elle pourrait disparaître facilement une fois à bonne distance de l’ennemi. Pour cela, il fallait une diversion et l’elfe lunaire pouvait en faire une, quand elle parlerait ou bougerait cela rendrait le Drow méfiant, surtout qu’elle avait toujours l’eau qui l’entourait mais savait-elle vraiment se battre ?  Comptait-elle se battre pour sa survie ? Etait-elle assez forte pour faire gagner suffisamment de temps ?

Helende se demanda si elle pourrait vivre avec la mort de l’elfe lunaire sur la conscience, ou pire, savoir qu’elle avait été capturée qu’un horrible destin l’attendait. Elle fronça les sourcils en essayant une autre alternative quand elle sentit la boue sous son pied.

Et elle, allait-elle vraiment s’enfuir comme ça ? Elle imagina déjà la tête du vieux croulant quand il se moquerait d’elle.

« Tu comptes me tuer maintenant ou je peux espérer avoir un bon feu pour oublier ce marais visqueux ? »

Sa question sortit de ses lèvres presque inconsciemment, elle cacha sa surprise en haussant les épaules, remettant son arc derrière son dos, elle fixa le Drow en attendant sa réponse. Elle tourna le regard vers l’Elfe de la Lune.

« Et toi, tu comptes fuir ou finir en esclave ? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deardeadalice.forumactif.org/
Elënna O'ronrà
Descendante des Anciens
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Mar 29 Sep - 18:38

La surface de l’eau vibra doucement et elle comprit que le Drow était sorti de sa cachette.
Elënna était habituée à l’obscurité, mais cet elfe était une ombre parmi les ombres. Il se déplaçait rapidement et même elle, n’arrivait pas à le suivre. Si ça n’avait été que de l’eau, elle n’aurait pas pu estimer l’endroit où il se trouvait. Ça devenait particulièrement dangereux…

Le Drow trahit sa présence lorsqu’une lame argenté par le reflet de la lune brilla, tout près de l’elfle sylvaine.

-Où regardes-tu ?

L’elfe argentée compris rapidement que sa lacune en combat allait jouer en sa défaveur. Elle devrait redoubler de ruse et apporter son art à son paroxysme.

Vive comme un feu follet, la sylvaine esquiva les dagues de l’Elfe Noir. Une vaguelette plus forte que les autres vient lécher les pieds d’Elënna. Un frisson l’a parcouru. Toute cette agitation… Ça ne lui disait rien qui vaille.

- Wanyë. Il est malpoli de mettre en joue des inconnus, ne te l’a-t-on jamais dit, Darthiir ?

L’Elfe de Lune sentit le regard du Drow sur elle. Probablement qu’il se disait qu’elle pourrait poser problème si elle s’alliait avec l’elfe sylvaine. Mais pour le moment, elle n’en avait cure. Quelque chose s’approchait…

-On m’a aussi dit de me méfier des inconnus, surtout des Drows.  Ne ferais-tu pas pareil si je m’étais cachée derrière un tronc et que tu cherchais un moyen de me faire sortir ?

Elënna était presque entièrement concentré sur les mouvements de l’eau qu’elle percevait. Ils étaient diffus et difficilement percevable. Elle devait tenter de faire la différence entre les vibrations causés par les deux elfes et celles qui provenaient dont ne sait où. Elle sortit de ses pensées lorsque la rousse lui parla :

- Wanyë, Elfe argentée, il est rare de voir un des tiens en ce lieu dévasté.

Elle ne sut quoi répondre. L’archère avait raison. Il y avait très peu d’elfe argenté qui s’aventurait dans les marais…  

Elle ne prit pas compte de la réplique bizarre de l’elfe sylvaine. Jamais elle ne pourrait allumer un feu dans un endroit aussi humide.

- Et toi, tu comptes fuir ou finir en esclave ?

Elënna fixa l’autre femme dans les yeux, tout en gardant son esprit concentré sur le Drow. Autant ne pas se laisser surprendre. Elle répondit calmement, cachant le fait que les paroles de la sylvaine l'avaient mise en colère :

-Je n’emprunterais aucun de ces deux chemins, mais celui qui m'est propre.

Elle s’arrêta quelques secondes, avant de continuer :

-Si je suis ici, c’est pour trouver une réponse au Mal qui sévit dans le Nord. Lorsqu’on ne trouve pas là où on est, autant chercher ailleurs…

La jeune elfe recula de quelques pas, probablement qu’elle semblait distante aux yeux des deux autres elfes, mais la concentration devait se lire sur son visage. Les sons de la nuit s’étaient tus. Plus de croassements ou d’hululements.

Elle marmonna quelques mots et  les filets d’eau se séparèrent. Un mince filet liquide continua de tournoyer autour d’elle, mais le reste s’était transformé en flèches de glace qui scintillaient sous la pâle lune.

Elënna détourna le regard des deux combattants et le dirigea vers le marais sombre. On pouvait maintenant clairement sentir l’eau qui ondulait. Rester stable sur la surface mouvementée n’était pas des plus aisés.

Elle donna un coup de talon et une partie de la surface se mit à geler. L’elfe de lune se maudit de ne pas avoir remis ses bottes plus rapidement. Le froid pénétrait sa chair comme un million d’aiguille, mais elle devrait l’endurer.

-Nous ne sommes pas seuls… Quelque chose d’énorme arrive…

Une large masse noire se déplaçait sous l'eau. Même dans cette obscurité, on pouvait la voir. Cette créature qui s'approchait ne semblait pas se soucier du conflit qui se déroulait sur les berges. Pour elle, l'heure du repas venait de sonner.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rána Daevon E'Lira
Le Vagabond
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 03/09/2015
Age : 26

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Mar 29 Sep - 22:12

Rána sentit les regards des deux Elfes posés sur lui, emplis de méfiance à son égard. Ses yeux à lui devaient refléter la même vigilance, à ceci près que le feu du combat ne s’y était pas éteint.

Un face à face s’engagea avec la rousse et le Drow ne bougea pas d’un pouce, ses dagues crantées toujours à hauteur de son visage dissimulé. Seuls les cheveux grisonnants qui dépassaient du capuchon tranchaient avec la nuit et ses vêtements sombres.

« On m’a aussi dit de me méfier des inconnus, surtout des Drows. »

Un rictus vint étirer les lèvres de Rána, mais la surprise passa furtivement sur ses traits lorsque l’Elfe sylvaine baissa son arc. Il jugea la distance qui les séparait et estima que son interlocutrice était parvenu à la même conclusion que lui : elle se trouvait trop près pour se servir efficacement de son arme. A peine banderait-elle son arc qu’il fondrait sur elle, dague en main. Même s’il ne la tuait pas au premier coup, le poison s’en chargerait. On se trouvait bien loin de la civilisation ; elle n’aurait pas le temps de trouver un antidote, à moins qu’elle n’ait quelques connaissances en plantes médicinales.

A nouveau, le Drow jeta un œil à l’Elfe de la lune. Ces derniers étaient connus pour leur talent de guérisseur. Nul doute qu’entre un Elfe Noir et une Elfe des bois, elle choisirait d’aider la seconde. Quoique, vu la façon dont ils avaient retourné leur veste lors du massacre de la Vallée des Vents, rien n’était moins sûr…

« Ne ferais-tu pas pareil si je m’étais cachée derrière un tronc et que tu cherchais un moyen de me faire sortir ? »

Pour toute réponse, Rána exécuta un mouvement élémentaire avec l’une de ses dagues. Il reporta son attention sur l’Elfe, concentré sur chacun de ses mouvements, mais il n’en oubliait pas la deuxième pour autant. La tension demeurait palpable et il ignorait toujours si les deux comptaient joindre leurs forces contre lui.

Il profita de l’attention que la rousse portait à l’Elfe pâle pour se déplacer furtivement sur le côté, tandis que la première saluait la deuxième à son tour.
Le Drow fit tournoyer entre ses doigts l’une de ses dagues d’un geste fluide du poignet, ramenant l’attention de l’Elfe sylvaine sur lui. Il se mouvait à la façon d’un loup qui tourne autour d’une proie, la jauge un peu avant de bondir, les crocs en avant. A la différence des deux femmes, le guerrier ne comptait pas discuter poliment dans ces marécages exécrables. Soit, il tuait, soit il se retirait parmi les ombres pour poursuivre sa route. Il hésitait encore. Il penchait plutôt pour la première. Moins il y aurait de témoins qui l’apercevraient à la surface, mieux ce serait.

« Tu comptes me tuer maintenant ou je peux espérer avoir un bon feu pour oublier ce marais visqueux ? »

Le Vagabond s’arrêta soudainement, ses dagues toujours en main, les bras le long du corps dans une attitude faussement détachée. Drôle de question. Il en resta éberlué un instant. Entre les deux options, il paraissait évident qu’il choisirait la première ! Et puis il était hors de question qu’il la laisse allumer un feu pour rameuter toutes les créatures puantes qui régnaient désormais en ces lieux !
A nouveau, le Drow garda le silence. Il se contenta de fixer l’Elfe, persuadé qu’elle saurait interpréter son absence de réponse.

« Et toi, tu comptes fuir ou finir en esclave ? »

Rána remarqua qu’à chaque fois, il n’y avait que deux options possibles et il s’en amusa. Le Drow avait un humour plutôt sinistre.

La question était adressée à l’Elfe de la lune et celle-ci n’en parut pas enchantée, d’après la mine qu’elle affichait.

« Je n’emprunterais aucun de ces deux chemins, mais celui qui m'est propre. »

Le Drow murmura faiblement : « c’est bien une réponse d’Elfe pâle, ça… »

L’Elfe de la lune expliqua venir trouver des réponses au Mal d’Asha sévissant dans le Nord, ce qui fit sourire Rána qui venait chercher dans le Nord des réponses au Mal rongeant les terres plus au Sud.

« Lorsqu’on ne trouve pas là où on est, autant chercher ailleurs… », ajouta la magicienne.

Le Vagabond essaya de ne pas penser à quel point ces paroles s’appliquaient à son propre cas.

En vérité, il se sentit, pour la première fois depuis qu’il arpentait la surface, complètement perdu. Il se trouvait là, face à deux ennemies et voilà que l’une suggérait de faire un feu tandis que l’autre dévoilait clairement le but de son voyage. Tout le monde se méfiait des autres, mais aucun n’avait encore esquissé le moindre geste pour mettre un terme –tragiquement- à cette ambiance étrange.
C’en fut trop pour Rána qui estima qu’il était temps de s’éclipser. Si l’une d’elles tentait d’entraver sa route, il la tuerait purement et simplement. Il avait trop perdu de temps et il devait regagner les ombres avant le lever du soleil. Bien que la nuit ne soit pas prête à céder son empire au soleil, il lui restait une longue route à faire.

Cependant, quelque chose le retint. Un mauvais pressentiment le cloua sur place. Il faisait nuit et les trois Elfes attiraient bien trop l’attention, le Drow le savait. Rester là ne ferait que les exposer au danger. Rána serait bien parti aussitôt, mais le danger était déjà venu les trouver.

« Nous ne sommes pas seuls… Quelque chose d’énorme arrive… »

Rána suivit le regard de l’Elfe de la lune, en direction de l’eau, dont une partie avait été gelée sous les pieds de cette dernière. Il ne tarda pas à apercevoir la forme sinueuse qui se déplaçait en provoquant quelques remouds. C’était inquiétant, ça bougeait, ça semblait visqueux et ça se déplaçait en fourbe sous l’eau. Cela faisait assez de raisons pour considérer la chose comme un ennemi. Du moins, aux yeux de notre Drow.

Ce dernier lâcha un juron en elfique à la hauteur de sa grossièreté légendaire, puis il s’élança soudainement en direction de l’eau.

« Tu gênes », déclara t-il à l’archère, tout en l’écartant de son passage.

Sa course fit tomber la capuche qui le masquait jusqu’ici, dévoilant son visage particulièrement blasé en cet instant. Il le savait bien qu’il ne fallait pas traîner là ! Tout était de la faute de ces deux piailleuses de Darthiir ! Elles avaient attiré la créature avec leurs bavardages !
Mais très vite, son expression ne fut plus que fureur guerrière.

Le monstre jaillit soudainement, gueule ouverte pour mieux dévoiler son haleine fétide. Deux ailes se déployèrent, faisant gicler l’eau visqueuse des marécages. Le reptile, d’une couleur verte tirant sur le gris, poussa un hurlement rauque, comme pour défier les Elfes face à lui, qu’il imaginait déjà sans doute dans son estomac.

« Une vouivre », murmura Rána.

Celle-ci n’était pas bien grande, mais la sous-estimer pourrait être fatal. Les griffes à ses ailes et à ses pattes arrière pouvaient déchiqueter la chair autant que les crocs de sa mâchoire.

Le Drow ne s’était jamais mesuré à un reptile de cette sorte, mais il savait que le principal problème avec la vouivre résidait dans sa capacité à voler.

C’est pourquoi l’Elfe Noir ne perdit pas une seconde de plus. Il se rua vers la créature avant que celle-ci ne décolle, évitant de passer devant sa gueule béante et dégoulinante d'un liquide visqueux. Rána se laissa glisser sur le sol boueux, avant de se redresser vivement, et lui asséna un coup de dague. Les lames s’entrecroisèrent en une danse mortelle avec un rythme effréné. Il parvint à atteindre la vouivre à la patte, au moment même où elle s’envolait avec un cri de rage. Par vengeance, elle fit claquer sa queue écailleuse en direction du Drow qui eut seulement le temps de s’élancer sur le côté pour esquiver.
Malheureusement, il lui semblait que ce genre de créatures étaient insensibles au poison de ses dagues. Il faudrait la vaincre d'une autre manière. Du moment qu'elle était dans les airs, l'Elfe Noir ne pouvait rien faire.

Rána se mit à couvert en attendant de trouver un meilleur angle d’attaque.

_________________
"Jal khaless zhah waela" ("toute confiance est une folie")
Couleur = #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-sang-des-elfes.forumactif.org
Helende Idilys’naïa
La Vierge de Fer
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 22
Localisation : Au Col des Harpies

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Mer 30 Sep - 0:07

Le visage visiblement vexée de l’elfe argenté fit rappeler à Helende que ce peuple était particulièrement susceptible, ce qui l’amusa discrètement mais son visage afficha un air froid comme à son habitude, ses yeux légèrement pétillant trahissait ce qu'elle pensait.

« Je n’emprunterais aucun de ces deux chemins, mais celui qui m'est propre. »

L'elfe Sylvaine ne put s’empêcher de froncer des sourcils, elle détestait ce genre de réponse évasive. Soit on répondait clairement, soit on ne répondait pas, elle avait l’impression que c’était un vieux sage qui venait de lui parler.

« Si je suis ici, c’est pour trouver une réponse au Mal qui sévit dans le Nord. Lorsqu’on ne trouve pas là où on est, autant chercher ailleurs… »

Helende se dit à cet instant précis qu’elle ne révélerait jamais la raison de sa présence dans le Marais de l’Oubli quand la cicatrice de son principal compagnon d’excursion revint dans son esprit, cela la rendait curieuse d’une certaine façon, l’homme avait une grande facilité au combat à l’arc, qui avait pu le blesser à l’œil ou plutôt qu’est-ce qui avait réussit à s’approcher aussi près de lui ?

Dorénavant, son principal problème était le Drow, elle ne sentait pas de réelle animosité de la part de l’autre femme envers sa personne ou plutôt sa race car elle n'oubliait pas ce qu'ils avaient fait au peuple de la Lune. Sa main glissa lentement vers son dos, caressant le manche de son poignard quand ses yeux s’arrêtèrent sur le visage de l’elfe argenté visiblement chamboulée.

« Nous ne sommes pas seuls… Quelque chose d’énorme arrive… »

Helende se retint de pousser une insulte mais la personne à côté d’elle ne se gêna pas, elle baissa son écharpe et la rattacha correctement autour de son cou.

« Tu gênes »

Elle recula d’un pas en fixant la face enfin visible de l’homme et Helende se dit qu’elle ne pourrait jamais oublier ce visage désormais. La créature s’éleva des eaux croupies et l’elfe Sylvaine tira son arc et une flèche, tendant sa corde en direction du monstre et devint aussi immobile qu’il le fallait.

Sa respiration diminua rapidement, semblant presque disparaître et ses yeux fixait le bout de sa flèche. La pointe en fer qui reflétait les quelques reflets de la lune se dirigeait lentement vers la créature dangereuse mais le corps de l’homme vint la gêner.

Elle risquait de blesser le Drow s’il continuait à faire ce qu’elle appela des acrobaties désordonnées pour se moquer mentalement même si elle trouvait qu'il avait une agilité déconcertante.

Helende s’imagina alors plus jeune, il y a de ça des années en arrières quand elle n’était qu’une elfe faible et inutile qui n’avait put que regarder son village se faire assiéger par les elfes noirs, la flèche se dirigea vers le Drow et s’immobilisa vers là ou se situait l’homme qui venait de blesser la créature à la patte.

Une flèche et tout serait fini pour lui…

La prochaine serait pour le monstre et elle en réservait une spéciale dans son carquois, une qui transpercerait le cœur froid et en pierre de Bleidd.

Elle baissa son arc en se demandant depuis quand elle était si faible et courut vers l’elfe Argentée alors que la Vouivre s’éleva dans les airs. La commandante des Éclaireurs se figea devant la jeune femme comme pour servir de bouclier et cria d’un air plus autoritaire qu’elle ne le pensait en jetant un coup d’œil au Drow maintenant hors d’atteinte de la créature et de sa flèche.

« Si tu sais jeter un quelconque sort, prouve le maintenant ou pars ! »

Elle banda son arc et tira une flèche qui siffla de sa joue vers l’aile de la créature, elle transperça la chaire et continua son chemin vers le ciel noir. La Vouivre quant à elle gémit de douleur dans un bruit strident, le trou de la flèche laissa un filet de sang noir tomber sur le sol dans un bruit peu ragoutant et Helende en profita pour baisser son arc, attrapant le poignet de l’elfe de la Lune et courut vers les arbres en jetant un regard vers le Drow avant de se mettre derrière un arbre, attirant l’elfe de la Lune contre le tronc humide.

Elle prit une autre flèche et la plaça sur la corde, gardant cependant son arc baissé. Son regard se porta vers la créature qui chancelait dans les airs, semblant hésiter à se reposer maintenant qu’elle avait perdu de vue ses repas, si elle retournait à terre, cela serait une bonne occasion pour l’attaquer. Mais le plus judicieux serait de la blesser à son autre aile, pour cela, elle devait contourner la bête. Elle réfléchit quelques secondes avant de se tourner vers la jeune femme.

« Tu serais capable d’attirer l’attention de la vouivre ? »

Elle remit une mèche derrière son oreille et souffla d’un air fatigué.

« Espérons que le Drow ne fera pas de bêtise. »

Ses doigts caressèrent les plumes de l’arme, se demandant pour qui sifflerait la flèche, la créature ou l’elfe noir. Elle tourna la tête vers la personne à côté d’elle :

« Tu es prête ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deardeadalice.forumactif.org/
Elënna O'ronrà
Descendante des Anciens
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Mer 30 Sep - 6:19

L’Elfe Noir lâcha un juron. Très élégant…

Il s’élança en direction des remous, sans peur et sans hésitation.

- Tu gênes.

Il écarta l’elfe rousse de son chemin et sa capuche retomba sur ses épaules. Elënna n’allait jamais oublier ce visage. Sa peau grise ressemblait à une pierre polie sous le reflet de la lune, des traits anguleux, carnassiers. Il pouvait être beau… Pour celles de sa race. Son air antipathique changea brusquement et une rage guerrière anima ses iris violets.

L’elfe argentée faillit glisser sur la glace lorsque le monstre tapie dans les eaux noires sortit de sa cachette. D’une couleur verte qui se confondait parfaitement avec le marécage, deux grandes ailes et le corps recouvert d’écailles. La monstrueuse créature semblait tout droit sortir d’un cauchemar, mais elle ne se laissa pas perturber. Elle avait entendue des rumeurs sur des créatures bien plus horribles qui avaient commencés à apparaître dans le Désert des Larmes.

-Une vouivre.

C’est à peine si elle l’entendit, mais le murmure du vent lui apporta ces paroles. Au moins, elle pouvait désormais mettre un nom sur cette bête.

Les griffes et les crocs du reptile brillèrent sous la Lune, assurément qu’elle savait s’en servir…

L’elfe de Lune réfléchissait à toute allure, des idées et des sorts de plus en plus fous se bousculaient dans son esprit. Elle devait tirer parti de son avantage. Elle avait accès à plus d’eau qu’elle n’en aurait besoin.

Le Drow se mit rapidement à l’œuvre, assénant un coup de dague à la Vouivre qui ne sembla pas apprécier et s’envola. Elle devait obliger la créature à se poser. Ainsi au sol, elle serait bien plus vulnérable. Viser les ailes, ensuite les yeux. Une bête aveugle est une bête morte.
C’était un vieux conseil provenant des chasseurs de son village qui lui était soudainement revenu en mémoire.  Elënna priait juste pour qu’elle n’est pas un autre moyen de perception plus efficace que la vue…

L’elfe noir se camoufla derrière des arbres. Il ne pouvait rien faire temps que la Vouivre était dans les airs.

Sans crier gare, l’elfe sylvaine apparut devant la jeune elfe. Comptait-elle servir de bouclier?
C’était totalement idiot de sa part. Un mur de glace serait diablement plus efficace que le corps chaud et mortel d’un elfe.

Elle dit, sur un ton autoritaire qui fit grincer les dents d’Elënna :

- Si tu sais jeter un quelconque sort, prouve le maintenant ou pars !

Elle l’a prenait pour qui? Elle était une spécialiste de la magie de Silmë par Ithil! Ce n’était pas pour faire mumuse qu’elle s’était entrainer à l’art de la magie pendant plus de cent ans! Il n’y avait pas meilleur manipulateur aquatique qu’elle dans son patelin et personne n’osait l’affronter, alors qu’elle mourrait d’envie de tester ses limites dans un duel. Le pourquoi elle s’était mise à s’entrainer seule et bien entendu, son grand-père l’avait sévèrement sermonné lorsqu’il l’avait prise sur le fait. Mais elle avait continué malgré tout, apprenant à visée de plus en plus juste et à former des flèches de glace mortelles de plus en plus rapidement. Ça lui avait pris du temps pour perfectionner son art…

Mais elle avait aussi appris où était ses limites. La magie pouvait être mortelle, lorsqu’on tentait de jeter le sort en trop. L’elfe de Lune était encore en pleine possession de ses moyens, elle pouvait aisément jeter quelques sorts et peut-être un ou deux de haut calibre avant d’en ressentir l’épuisement physique.

La flèche de l’elfe sylvaine partit, rapide comme un éclair. La fine membrane de l’aile se déchira en un point et la Vouivre perdit quelques mètres d’altitude.  Du sang noir et épais s’écoula de la plaie, contaminant un peu plus les eaux du Marais.

Immonde.

Elënna sentit qu’on l’a tirait par le poignet. Sur le coup, elle ne résista pas et se laissa diriger jusqu’à couvert. Appuyer sur le tronc humide, elle regarda la rouquine réarmé son arc. L’elfe argenté esquissa un regard en direction de la Vouivre qui semblait avoir du mal à rester en sur place. Elle semblait aussi hésitante à se poser.

-Tu serais capable d’attirer l’attention de la vouivre ? Espérons que le Drow ne fera pas de bêtise.

Elle caressa les plumes de sa flèche, pensive. Était-elle en train de se demander si c’était la vouivre ou le Drow qui était le plus à craindre?

-Tu es prête ?

Elënna fixa l’elfe sylvaine dans les yeux. Elle savait que son regard pouvait être perturbant pour certains, mais elle en prenait un malin plaisir. Elle releva le menton, un air de défi sur le visage.

-Je ne suis pas une magicienne de bas étage, comme tu sembles le penser, Elfe. Tant qu’il y aura de l’eau… Et les hommes sont réputés pour faire des bêtises, peu importe leur race…

Elle regarda quelques secondes en direction du lézard ailé qui semblait se demander où était passé ses proies.  Un sourire bizarre se mit à flotter sur ses lèvres. Autant essayer de s’amuser un peu.

-Je suis prête dans quelques secondes…

Elënna retira sa cape, ainsi que son sac de voyage et s’accroupit, déposant sa main sur la surface aqueuse la plus proche. Elle ferma les yeux et ses lèvres bougèrent à toute vitesse. Une partie de l’eau se mit à geler sous la vouivre, éclatant miroir étincelant sous la lumière lunaire. Le froid continua de mordre la peau sensible de la jeune elfe qui tenta de ne pas y prêter attention. Elle soignerait ses engelures plus tard…

Elle se tourna en direction de l’elfe sylvaine et dit :

-Vas-y lorsqu'elle en perdra l’équilibre…

Autant dire que ce n’était pas très précis…

Elënna sortit de sa cachette et s’avança sur la surface gelé. Même une partie de la boue gluante était devenue dure comme de la pierre. Elle siffla pour attirer l’attention de la créature.

Un sourire aux lèvres, elle dit, imperturbable :

-Tu veux danser, immonde créature?

Les autres elfes disaient que les elfes argentés étaient bizarres. Autant leur donner raison...

La vouivre émit un hurlement et s’élança en direction de l’elfe à découvert, toutes griffes dehors. Celle-ci évita habilement l’attaque, en glissant sur la surface gelée. Les reflets sur le miroir glacé firent briller plus intensément l'étoile argenté sur sa poitrine.

-Il te faudra être plus rapide que ça, voyons…

Elënna poursuivit son manège pendant quelques minutes, faisant tourner la créature en rond.
Elle devait donner le temps à l’elfe rousse de se déplacer pour trouver le meilleur angle de tir…

Elle fit s’élever une flèche de glace qui vient se fracasser sur l’arrière du crâne du reptile qui se retourna vivement, se demandant si elle était attaquée de l’autre côté, délaissant le petit être énervant qui ne cessait de lui échapper.

L’elfe argenté ne fut pas assez rapide pour esquiver la queue pointue de la bête qui lui entailla l’épaule. Son bras se mit à trembler. Cela ne se voyait pas aisément, mais virevolter sur la glace comme elle le faisait et énerver la bête avec des glaçons, était demandant en énergie. Juste maintenir la couche de glace uniforme était un effort en soi. Elle avait, par ailleurs, lentement créer un mur de glace qui empêcherait la Vouivre de s'enfuir dans le marais une fois qu'elle serait au sol...

Mais la plaque de glace sur laquelle la jeune femme se tenait, commençait justement à se fissurer. Elle ne pourrait plus tenir très longtemps et en plus, elle avait froid…
Son souffle commençait même à se transformer en une buée argentée.

La vouivre se retourna dans les airs. Il n’y avait qu’une seule autre créature en vue, et c’était ce petit truc argenté qui avait désormais l’odeur alléchante du sang.

Les deux autres elfes devaient agir rapidement où elle finirait peut-être sous les griffes de la créature.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rána Daevon E'Lira
Le Vagabond
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 03/09/2015
Age : 26

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Mer 30 Sep - 22:46

Tapi dans l’ombre, derrière un rocher, le Drow ne perdait pas une miette de l’affrontement. Ses mains tenaient fermement la poignée de ses dagues, tandis qu’il attendait impatiemment d’agir. Mais précipiter les choses n’apporterait rien de bon. Un vrai Maraudeur savait patienter le temps de trouver un moment propice pour porter son coup. Et il s’agissait souvent d’un coup en traître.

L’honneur n’avait jamais été une priorité chez Rána.

L’archère était passée à l’action et elle héla l’Elfe de la lune. Le Drow n’était concentré que sur la créature dans les airs, de plus en plus agacée et surtout affamée. Il ne détourna les yeux que lorsqu’une flèche fusa, blessant la vouivre à l’aile. Rána vit le sang noir s’écouler le long de la plaie et il sut que sa chance de passer à l’action approchait. Qu’elle vienne ; il était prêt à en découdre !

Le Drow avait perdu de vue les deux Elfes, qui devaient sans doute se cacher comme lui. Il se mit à se déplacer en silence, suivant le contour des arbres. Il allait attendre que la créature se pose pour l’attaquer en fourbe.

Alors qu’il hésitait encore, dissimulé tel un fauve dans des hautes herbes, une partie de la surface de l’eau se mit à geler. Le Vagabond plissa les yeux devant le phénomène magique et il eut la confirmation que le sortilège provenait de la magicienne Elfe lorsque celle-ci sortit de sa cachette.

«  Tu veux danser, immonde créature ? »

Le Drow demeura un instant saisi par l’effarement et il cessa aussitôt sa progression. Il savait les Elfes de la lune complètement farfelus, mais il ne les imaginait pas fous.

Bien évidemment, la vouivre s’élança furieusement vers la magicienne et Rána s’attendit à voir la glace maculée de sang frais. Il ne bougea pas pour autant, observant, éberlué, l’attitude de l’Elfe, qui devait forcément avoir un plan. Elle avait un plan, n’est-ce pas ?

« Elle sait sans doute ce qu’elle fait », murmura le Drow sans le vouloir.

Lorsqu’il la vit glisser sur la surface gelée, évitant les attaques de la vouivre comme si elle menait une danse dont elle seule connaissait les pas, Rána se rembrunit.

« … Ou pas. »

Le Drow, ne sachant s’il devait rire ou être consterné par le spectacle de ce feu follet argenté poursuivi par une vouivre de plus en plus agacée de tourner en rond, continua d’étudier le curieux manège. Il lui fallait une meilleure diversion pour entrer en scène.

Il avait repris sa progression, au plus près du sol pour ne pas être perçu par la créature.

Soudain, la vouivre parvint à blesser l’Elfe de la lune. Le Drow remarqua que cette dernière peinait à soutenir le rythme. Elle avait usé de ses pouvoirs à plusieurs reprises et sa limite approchait sans doute. Combien de temps parviendrait-elle à tenir pour attirer le monstre ? Rána espérait qu’elle ne mourrait pas trop vite ; elle pouvait encore être utile comme appât.

Il songea soudain à la réaction de la princesse Jemme face à ces pensées. Nul doute qu’elle aurait été horrifiée à la perspective qu’il laisse la magicienne se faire tuer pour s’en servir de diversion…

L’Elfe Noir jeta un œil à la surface gelée. Celle-ci commençait à se fissurer. Il fallait agir vite ou tous ces sortilèges ne serviraient à rien. Qu’attendait donc l’Eclaireuse pour tirer ! Une invitation ?!

Un sifflement agacé franchit les lèvres de Rána. Il n’aimait pas se jeter dans un combat sans un plan solide, mais là… il n’avait guère le choix.

La vouivre prit son envol et poussa un hurlement sinistre, comme pour signifier à la jeune Elfe –son repas du soir- que le jeu était terminé. Elle fondit sur sa proie, tandis que Rána demeurait toujours dissimulé parmi les herbes marécageuses. Il remarqua que le monstre n’avait pas l’air de savoir exactement la position exacte de l’Elfe, comme s’il hésitait en raison de tous ces reflets d’argents sur le sol glacé.
Parfait.

Le Drow attendit le tout dernier moment pour s’élancer. Il glissa sur la surface gelée, dagues en mains, maudissant la jeteuse de sorts pour avoir crée une zone de combat aussi instable. Il n’avait pas la grâce de l’Elfe pâle, loin de là, mais il arriva jusqu’à la vouivre au moment où elle dévoilait ses griffes. Elle se trouvait assez près du sol pour qu’il puisse agir.

Soudain, le Vagabond vit une flèche fuser devant lui pour se ficher dans le cou de la créature, déviant ainsi sa trajectoire. Il en profita pour bondir sur le monstre de façon hasardeuse en raison de son équilibre précaire, puis il s’accrocha du mieux qu’il le put à ses écailles. Sans perdre une seconde, il enfonça sa dague dans l’aile gauche alors que la vouivre se débattait de toutes se forces. Les mouvements incontrôlés de sa cible eurent raison de son équilibre et il fut projeté violemment sur le côté. L’Elfe heurta le sol de façon brusque, et se redressa le plus vite que lui permit son corps endolori. Qu’il maudissait toute cette glace ! Elle le ralentissait et le rendait maladroit !

L’Elfe Noir jeta un coup d’œil à la vouivre qui hurlait au sol, l’aile dégoulinante de sang noir et le cou dans un état plus critique encore en raison de la flèche qui y était restée plantée. C’est qu’elle était coriace ! Même blessée ainsi, elle continuait à griffer le sol, pleine de rage.

Le Drow évita de justesse un nouveau coup de queue en se jetant sur le côté, et il glissa le long de la surface gelée en direction de l’Elfe de la Lune, qui se trouvait à peine plus loin devant lui. Il comptait s’arrêter juste avant d’atteindre cette dernière, le temps de trouver un meilleur angle d’attaque pour en finir avec ce monstre increvable. Mais c’était sans compter sur sa maladresse sur le sol glacé.

Comme il ne maitrisait pas du tout l’élément sur lequel il se trouvait, il heurta de plein fouet la jeteuse de sort, la faisant basculer en arrière, alors qu’il s’écrasait sur elle de tout son poids. Il eut un tic agacé, sentant que sa réserve de patience atteignait son extrême limite.

L’Elfe Noir jeta un coup d’œil dépité à la magicienne, plantant ses yeux améthystes dans les siens en lui faisant comprendre d'un simple regard toute l'exaspération que provoquait en lui cette magie.

« Tu n’es même pas une bonne diversion », lança t-il.

Elle avait le corps froid, il pouvait le sentir. Etait-ce un contre coup dû à sa magie ou bien était-elle restée trop longtemps sur la glace ?

Quoiqu’il en soit, le Drow se redressa d’un bond, ignorant comme il le pouvait les douleurs de ses muscles. Le froid n’arrangeait rien et il sentait qu’il commençait à se rouiller. Il fallait en finir vite.

Il jeta sa cape sur la figure de l’Elfe de la lune dans une attitude dédaigneuse.

« Tiens, cache-toi, c’est ce que tu as de mieux à faire. »

Tout ça parce qu’il ne savait pas s’adresser autrement à un habitant de la surface… En fait, il ne savait pas s’adresser normalement à grand monde…

La démarche du Drow était beaucoup moins fluide et agile que précédemment. Il s’avança néanmoins vers la vouivre, toujours clouée au sol.

« Dis-moi, la rousse, tu comptes rester planquée encore longtemps ou participer à la fête ! », lança t-il à l’adresse de l’Eclaireuse, certainement embusquée quelque part, une flèche braquée sur le monstre… ou sur lui-même.

Un sourire carnassier étira ses lèvres, alors qu’il brandissait sa deuxième dague, l’autre étant restée fichée dans l’aile de la créature. Un seul coup et tout serait terminé.

Seulement, au moment où le Vagabond s’y attendait le moins, la glace se fissura un peu plus sous le poids de la créature, avant de céder dans un craquement sonore. L’Elfe Noir voulut s’éclipser, mais il fut entraîné à son tour dans les tréfonds marécageux, alors que la vouivre se débattait furieusement à la surface, trop blessée pour s’envoler…

_________________
"Jal khaless zhah waela" ("toute confiance est une folie")
Couleur = #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-sang-des-elfes.forumactif.org
Helende Idilys’naïa
La Vierge de Fer
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 22
Localisation : Au Col des Harpies

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Jeu 1 Oct - 0:42

L’elfe lunaire plongea son regard dans celui d’Helende, les yeux émeraude rencontraient deux yeux d’acier, elle sentit un frisson lui parcourir la nuque mais soutint le regard, osant même lever un sourcil pour montrer que le temps manquait. La jeune femme leva son menton et la sylvaine ne put s’empêcher de penser que leurs égos étaient trop grands.

« Je ne suis pas une magicienne de bas étage, comme tu sembles le penser, Elfe. Tant qu’il y aura de l’eau… Et les hommes sont réputés pour faire des bêtises, peu importe leur race… »

Pour Helende il n’y avait pas de personne de grands ou bas étages, juste des personnes capables de tuer ou des victimes. Elles regardèrent la vouivre qui semblait perdre patience quand le regard de l’elfe se porta vers le sourire de l’elfe argentée.

« Je suis prête dans quelques secondes… »

Helende se prépara aussi, vérifia l’état de ses flèche d’un coup d’œil rapide et ses mains touchèrent son poignard, le déplaçant plus vers le haut pour qu’elle puisse facilement l’atteindre si son arc s’avérait inutile. Son regard se porta sur l’eau qui gelait autour d’elles et elle commença a se dire que l’idée de la glace n’était pas une bonne idée pour se battre et courir.

« Vas-y lorsqu'elle en perdra l’équilibre…»

L’elfe de la Lune parti vers la bête alors que Helende fronçait les sourcils en se déplaçant lentement entre les arbres.

« C’est quoi cette indication ? »

Helende se sentit de plus en plus dans son élément, marchant de plus en plus vite et surtout se camouflant entre les branches basses et les buissons épineux. Ses pieds semblaient se mouvoir librement au fur et à mesure que son corps s’habituer à l’environnement désolé du marais.

Son regard se porta vers l’elfe argentée qui semblait se fatiguer trop vite, elle se mit à sourire, cachée entre les arbres. Voilà pourquoi elle ne les comprendrait jamais, ils étaient non seulement étranges mais agissaient sans avoir de plans en tête ou alors les idées étaient complètement folles.

Elle glissa finalement vers un arbre mort, s’abritant de nouveau pendant quelques secondes avant de tourner son visage vers la diversion qui semblait marcher pas comme l’elfe de la Lune le voulait. Helende eut ses battements de cœurs qui s’accélèrent quand la Vouivre attaqua et toucha sa cible à l’épaule. Elle tendit son arc et visa :

« Pas maintenant… »

Sa flèche suivait la créature qui gesticulait dans tous les sens, semblant hésiter à attaquer à cause des reflets que la glace procurait. La rousse se mordit la lèvre, si elle attendait trop, elle aurait un corps sur la conscience mais si elle était trop hâtive, elle risquait de rater sa cible et l’elfe de la Lune perdrait aussi la vie tragiquement.

Ses lèvres bougèrent dans une prière silencieuse que seule Arë put entendre et ses doigts laissèrent la flèche siffler vers la créature alors que l’elfe noir s’élançait lui aussi. La flèche se fixa dans le cou de la Vouivre et Helende respira de nouveau, se préparant à tendre une nouvelle fois son arc. Pour cela, elle devait plus se rapprocher et donc ses pieds partirent vers la glace qui craquait à chacun de ses pas, regardant rapidement la situation, son esprit d’équipe fut satisfaite du résultat, même s'ils avaient failli se battre il y a quelques temps, les voilà en train de s'allier temporairement pour leurs survies, quand elle vit le Drow se cogner contre l’elfe blanche. Elle leva les yeux en l’air tout en réprimant un rire nerveux qui lui fit plisser les lèvres.

« Comment ont-ils réussis à survivre jusqu’ici ? » Souffla-t-elle en contournant une branche.

Alors que sa question resta en suspend dans son esprit, elle observa la situation. La Vouivre était certes au sol mais elle était toujours aussi vive et s’approcher de la créature serait comme lui donner son coeur sur un plateau d’argent. Les deux elfes quant à eux se redressaient et Helende se décida à sortir de la protection des arbres pour voir s’ils allaient bien quand la voix de l’homme vint à ses oreilles.

« Dis-moi, la rousse, tu comptes rester planquée encore longtemps ou participer à la fête ! »

Les doigts de la Commandante se crispèrent sur le bois de l’arc tandis qu’elle en enjambait un buisson. Sentant une branche épineuse s'accrocher à sa cuisse, elle tira dessus délicatement pour pouvoir continuer à avancer.

« Quelle invitation alléchante. »

Ses pieds se posèrent sur la glace et le craquement de l’eau gelé la fit frémir, Helende essaya de chasser l’idée que dessous elle se trouvait l’eau poisseuse, visqueuse et puante du marais. Un craquement plus sonore se fit entendre et elle tourna la tête vers le Drow qui disparut de sa vision en une fraction de seconde.

« Par Morë ! » Jura-telle en observant la scène sans vraiment y croire.

Sans réfléchir, l’elfe s’élança en courant vers là ou s’était trouvé l’elfe noir quelques secondes plutôt, elle voulu se plonger pour aider le Drow mais s’arrêta en plein élan car un grognement surgit de la mâchoire ensanglanté de la bête. La vouivre gesticulait de plus en plus et risquait à tout moment de sortir de l’eau et les attaquer car une créature blessée était une monstre n’ayant plus peur de la mort.

Son regard se porta vers l’elfe lunaire, observant le visage pâle et visiblement fatiguée, se disant qu'elle était la dernière du groupe avec encore de l'énergie en réserve.

Elle contourna le trou pour se situer derrière la créature qui avait déjà la tête hors de l’eau, tentant de se dégager en bougeant ses ailes vers la surface gelé. Helende tira une flèche de son carquois et la plaça rapidement sur la corde qu’elle tendit en visant l’arrière du crâne du prédateur. Le bout en fer siffla et se figea dans la peau écailleuse et l’animal ne bougea plus, sa tête posée sur la glace poussa un grognement plaintif.

Helende se déplaça vers l’endroit ou avait disparut le Drow, elle se pencha sur le rebord et tendit sa main, prête à attrapa un bras ou quoi que ce soit. Elle tourna son visage vers l’elfe Lunaire et plissa les yeux d’un air lassé.

« Tu penses avoir suffisamment d’énergie pour m’aider à le tirer si besoin ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deardeadalice.forumactif.org/
Elënna O'ronrà
Descendante des Anciens
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Ven 2 Oct - 0:14

Le Drow sortit soudainement de l’ombre, se dirigeant d’un pas rapide, mais précaire en direction de la Vouivre.

L’elfe d’argent entendit le sifflement, plus qu’elle ne vit la flèche qui jaillit du couvert des arbres à une vitesse fulgurante. La créature émit un hurlement, alors que du sang noir et épais se mit à couler abondamment de la plaie. L’elfe Noir en profita pour s’agripper au reptile et sa dague s’enfonça dans la membrane diaphane de l’aile, l’a déchirant quelque peu.

Furieuse, elle se tordit dans tout les sens et Elënna évita de justesse un nouveau coup de queue qui aurait pu l’a tranchée en deux.

La Vouivre se débattait au sol, ses griffes raclant la glace en émettant un crissement infernal. Elle était enragée.

Trop concentré sur les mouvements de la créature, elle ne remarqua pas le Drow qui s’était magnifiquement écrasé au sol… Elle raffermit sa prise sur son épaule blessée, tentant de commencer un sortilège de guérison.

Elënna ne comprit pas vraiment ce qui venait de se passer, alors qu’elle se faisait heurter brutalement. Son dos heurta la glace froide et elle reçut le coude de l’homme dans les côtes, alors qu’il l’écrasait de tout son poids.

Ses yeux améthyste fixèrent leurs homologues argentés et la jeune elfe put y lire toute l’exaspération qui habitait le Drow. Elle sentit la pointe de ses oreilles rougirent de honte, alors qu’elle se mit à grelotter de plus belle.

- Tu n’es même pas une bonne diversion.

Elle n’avait qu’une seule envie…

Qu’il dégage...

Il croyait que quoi? Que c'était simple de faire geler autant d'eau? Amateur...

Heureusement pour elle, il se redressa rapidement et lui envoya sa cape au visage.

- Tiens, cache-toi, c’est ce que tu as de mieux à faire.

L’elfe de Lune repoussa la cape d’un geste. Comme si elle allait écouter les reproches d’un Drow! Elle avait déjà du mal à prêter attention à ceux de son ancien plus de quelques minutes…

- Dis-moi, la rousse, tu comptes rester planquée encore longtemps ou participer à la fête !

Elënna fut incapable de maintenir son sortilège plus longtemps et la glace se fissura un bon coup sous le poids de la Vouivre, entrainant l’elfe Noir dans les remous sombres et boueux. Sa main se dirigea à nouveau vers la plaie de son épaule qui avait finalement cessé de saigner. Elle aurait par contre bien plus de sortilège à lancé pour que celle-ci soit complètement guérie.

L’elfe argenté entendit le grondement de la Vouivre et suivit des yeux les gestes précis de l’elfe sylvaine, comme dans un état second, tentant de récupérer un minimum d’énergie par une inaction soudaine.

Une flèche fut tirer et la lame de fer s’enfonça dans la partie molle de l’arrière du crâne de la Vouivre, dans un bruit de succion peu ragoutant. La créature s’immobilisa soudainement, en proie à ses derniers moments, ayant été touché mortellement.

Elle porta son regard sur la sylvaine qui l’a fixait :

- Tu penses avoir suffisamment d’énergie pour m’aider à le tirer si besoin ?

Elënna acquiesça, malgré sa réticence. Autant laisser le Drow se noyer…

Une once de remords traversa l’elfe de Lune. Tellement de préjugés qui lui provenaient de la génération précédente… En tant que tel, les Drows ne lui avaient rien fait, encore. Excepté lui privé de la présence de ses parents, ce qui n'était tout de même pas rien. Mais pourquoi ce lamenter sur quelque chose qu'on ne connaissait pas? Cet elfe en particulier n’était pas responsable des actes choisit par leurs meneurs.

Enfin, elle l’espérait.

La glace fondait rapidement dans l’atmosphère saturée d’humidité du marais. La jeune elfe repoussa la rouquine en direction de la berge et dit :

-Je vais faire mieux que de t'aider à le tirer...Nous ferions mieux de retourner vers les arbres. Sauf si tu désires te baigner, toi aussi.

Elle posa l’un de ses pieds frêles et légèrement bleuté sur la surface de l’eau pour capter les vibrations causés par l’elfe Noir. Elle inspira profondément pour se redonner contenance et un minimum d’énergie. Elle leva les yeux en direction de la lune brillante, priant silencieusement Ithil pour avoir assez de force.

L’eau commença à se soulever doucement, suivant le rythme de la respiration de la magicienne. Une vague plus haute que les autres, avec une forte odeur âcre vient lécher le bord de la végétation, délaissant sur son passage le Drow qui s’y trouvait, à quelques mètres à peine des deux femmes.

-Le voilà…

Elle marmonna, plus pour elle-même :

-Même s’il aurait été moins stupide de le laisser livrer à lui-même…

Elënna délaissa les deux autres elfes pour se rendre maladroitement jusqu’à son sac. Elle essuya ses pieds frigorifiés avec un linge qui traînait dans une poche , avant d’enfiler ses bottes de cuir souple et s’enroula dans sa cape, fait d’un tissu mince, mais qui s’adaptait selon les températures, gracieuseté des tisseurs lunaire. Cette dernière se mit à la réchauffer agréablement.

Elle continua d’ignorer les deux protagonistes qui allaient probablement remettre leurs rivalités sur le tapis, pour fouiller un peu plus et se sortir un morceau de pain qu’elle grignota allègrement. Autant reprendre quelques forces.

Elle s’appuya sur un tronc humide et avala rapidement sa dernière bouchée de pain, au risque de s’étouffer. Elle ferma les yeux et posa sa main sur son épaule pour entonner une incantation qui fit luire la blessure, alors que celle-ci commença à se cicatriser lentement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rána Daevon E'Lira
Le Vagabond
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 03/09/2015
Age : 26

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Ven 2 Oct - 17:52

Le vacarme du combat s’était tu. Il n’entendait plus rien que le silence des profondeurs. A travers l’eau trouble des marais, le Drow pouvait apercevoir la lune, comme si cette dernière se riait de lui. Par pur réflexe, il tendit la main vers elle, en vain. Elle se trouvait trop loin pour lui.

Quelle humiliation que de finir englouti dans les marécages ainsi ! Les siens avaient peut-être raison finalement : il ne se montrait pas assez prudent. Pourtant, il savait bien que le risque venait toujours lorsque l’on se croyait hors de danger.
Quoiqu’il en soit, l’Elfe noir devait s’extraire de sa prison liquide au plus vite. Il ne comptait pas mourir aussi stupidement.

La silhouette écailleuse de la vouivre voila alors son champ de vision, telle une éclipse à la surface de l’eau. Cette simple apparition ranima en lui la soif de combat.

Rána remit sa dague dans son fourreau de cuir, puis il nagea vers la masse reptilienne. Il allait manquait d’air s’il ne se dépêchait pas. Son corps endolori le ralentissait et les muscles de ses épaules roulaient difficilement, comme écrasés par la pression de l’eau.

Il en fallait cependant plus pour décourager le Drow. Lui qui ne vivait que par instinct de survie, ce n’était pas la première fois qu’il se retrouvait face à une situation critique. Il n’avait pas oublié la fièvre provoquée par le venin, ni le sentiment de passer les portes de la Mort. Comparé à son combat contre une araignée géante dans les Monts d’Obsidienne, il se trouvait plutôt chanceux pour le moment. Du moment le croyait-il vaniteusement.

Au moment où il perçait vers la surface, presque à bout de souffle, quelque chose agrippa sa jambe, stoppant net sa progression. Le Drow en perdit le peu d’air qu’il lui restait. Son regard améthyste se reporta sur la petite silhouette informe et sombre qui tentait de l’amener dans les profondeurs. Elle avait les doigts palmés et gluants et ses yeux globuleux dévisageaient Rána avec avidité. La créature avait beau être de petite taille, elle possédait assez de force pour entraîner l’Elfe noir.

Ce dernier dégaina sa dague avec tout le mépris que lui inspirait cette chose des profondeurs. Il lui trancha la main d’un geste vif, se dégageant ainsi d’un mouvement vif qui lui coûta ses dernières forces. Le Drow commençait à suffoquer. Il tenta tout de même de se hisser jusqu’à la vouivre qui semblait désormais inerte, sa main se tendant à nouveau vers le reflet de la lune dansant au gré des remouds, le défiant de l’atteindre.

Soudain, alors que la vision du Vagabond se troublait, une vague se forma, l’emportant tel un vulgaire fétu de paille. Rána eut l’impression d’être broyé lorsqu’il échoua sur les berges, le souffle court, sa silhouette trempée épousant le sol boueux des marécages, tandis que ses vêtements sombres se collaient à lui telle une seconde peau.

Le Drow cracha de l’eau et un goût amer emplit sa bouche, le faisant grimacer de dégoût. Une fois qu’il se fut calmé, il saisit une gourde à sa ceinture et but quelques gorgées avec avidité, avant de recracher le reste.
Une fois le goût âcre disparu, ses yeux violets fouillèrent les lieux, tombant sur les silhouettes des deux Elfes, à quelques mètres plus loin. L’Elfe de la lune semblait plutôt mal en point et, après les démonstrations magiques dont il avait été témoin, Rána se douta que la vague devait être de son fait.

L’Elfe noir n’en comprit pas réellement le but, mais une chose était certaine : il avait pu ainsi s’extirper des eaux marécageuses. Néanmoins, d’une extrême méfiance, il choisît d’ignorer le geste.

Toujours aussi vigilent, il surveilla les moindres mouvements des deux habitantes de la surface, avant qu’un scintillement n’attire son attention. Emportée par le courant, la dague qu’il avait auparavant plantée dans l’aile de la vouivre s’était échouée un peu plus loin.
Le Drow s’empressa d’aller la ramasser pour la placer dans son fourreau, de la même façon que sa jumelle. Comme d’habitude, c’est avec d’extrêmes précautions qu’il mania son arme ; il aurait été déplorable qu’il s’empoisonne lui-même avec le liquide dont avait été enduite la lame.

D’un pas encore incertain, il s’avança jusqu’au bord des berges. La surface des marécages, redevenue calme, lui renvoya son reflet dégoulinant. Le Drow grimaça à travers ses cheveux trempés, dont il entreprit de chasser l’eau.

Il paierait cher pour un bon feu à cet instant.

A peine cette pensée traversa t-elle son esprit que le Maraudeur entreprit de trouver des branches sèches. Il s’éloigna donc des berges sans un mot, le pas silencieux, quoique toujours un peu chancelant. Il irait sans doute mieux après avoir pris un peu de repos, assis au coin d’un camp improvisé.

Motivé par la perspective de se réchauffer, Rána ramassa le plus de bois possible, ce qui n’était pas une mince affaire. Les Marais étaient tellement humides qu’il était inutile de chercher par terre la moindre branche.

Tout à ses recherches, il en profita pour réfléchir. La situation n’aidait pas à réchauffer le Drow. Il se sentait glacé aussi bien de l’extérieur qu’à l’intérieur. Que faire désormais ? Il venait de s’allier –plus ou moins- temporairement à ces deux Elfes de la surface, qu’il prévoyait auparavant d’éliminer sans autre forme de procès. Maintenant que la vouivre était vaincue, devait-il revenir sur ses projets ou bien faire comme si rien ne s’était passé ?

Engager un nouveau combat dans ces conditions serait faire preuve de la plus grande stupidité et il avait eu sa dose d’actes idiots, pour la nuit.

Le Drow, des branches dans les bras, jeta un œil vers le ciel, demeurant un moment interdit. Le soleil ne tarderait pas à se lever. La nuit tenait encore son empire bien en main, mais l’Elfe noir ne devait pas oublier qu’il finirait par s’exposer aux rayons aveuglants du soleil s’il demeurait trop longtemps à la surface.

C’est avec un soupçon de dépit qu’il ramassa les dernières branches, avant de se rediriger à proximité des deux Elfes, là où il avait laissé traîner sa cape, qu’il comptait bien récupérer.

Rána se plaça un peu à l’écart, près des arbres, sans trop s’éloigner des berges, car il était convaincu que le cadavre de la vouivre dissuaderait les créatures des Marais de s’aventurer trop près d’eux.

Il frotta deux pierres trouvées par là l’une contre l’autre et ce à plusieurs reprises, sans grande énergie. Il dut y mettre toute sa volonté pour que ses essais soient plus fructueux, et il lui fallut de très longues minutes avant de parvenir à allumer maigre feu. Sa mésaventure dans l’eau l’avait vidé de ses forces, mais le feu raviva en lui une lueur d’optimisme.

Le Drow se débarrassa de sa tunique trempée qu’il jeta sur une branche, non loin de la chaleur de son petit campement. Il jeta un œil blasé à son pantalon, puis un coup d’œil discret vers les deux Elfes, à quelques mètres. Un soupir fendit ses lèvres. Tant pis pour le pantalon, il resterait trempé ! Songea t-il. C’est avec un soupçon de dépit qu’il alla ramasser sa cape traînant sur le sol, tout près des habitantes de la surface. Il la plaça sur ses épaules, couvrant ainsi son dos parsemé de cicatrices, pas bien jolies à voir.

Alors qu’il s’apprêtait à retourner près du feu, l’Elfe noir discerna, grâce à sa vision nocturne, une forme accrochée à un buisson, à quelques pas seulement de ses deux « acolytes ». Il s’approcha silencieusement, le regard rivé à l’objet qui pendait piteusement. Ses doigts rugueux se saisirent de ce qui semblait être un carnet. Sans se poser de questions, le Drow l’ouvrit, alors qu'il s'approchait des flammes. Il s’assit sur une souche, ses yeux parcourant la première page.  

« Elentìr… », lut-il.

Un nom de Darthiir, ça… L’Elfe noir décida de garder ce carnet. Cela pouvait être utile. Au pire, il viendrait alimenter sa collection d'objets trouvés à la surface.

Rána le referma d’un geste sec, un sourire narquois aux lèvres.

Ses yeux se perdirent dans les flammes, qui peinaient à s'élever. Il se sentait vidé et préférait attendre un peu de regagner des forces avant de reprendre sa route.

« Il va falloir plus de bois », commenta t-il à voix haute.

Spoiler:
 

_________________
"Jal khaless zhah waela" ("toute confiance est une folie")
Couleur = #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-sang-des-elfes.forumactif.org
Helende Idilys’naïa
La Vierge de Fer
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 22
Localisation : Au Col des Harpies

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Ven 2 Oct - 22:55

Helende se laissa faire, reculant de la berge sans un mot.

« Je vais faire mieux que de t'aider à le tirer...Nous ferions mieux de retourner vers les arbres. Sauf si tu désires te baigner, toi aussi. »

L’elfe sylvaine, continua à garder le silence mais recula vers les arbres, laissant l’elfe lunaire user des dernières ressources qu’elle avait. Ses pieds sortirent enfin de la glace et marchèrent sur la mousse et les feuilles mortes avant qu’elle se stoppe et regarde d’un air sombre la scène. Les elfes lunaires étaient des puissants utilisateurs d’élément, voilà qui était dangereux de se les mettre à dos… Et c’est exactement ce qu’avait fait son clan.

L’eau arriva doucement, comme s’il y en avait une quantité infini, elle allait et venait lentement et les bottes de la sylvaine reculèrent de quelques quand une vague plus forte vint s’écraser contre l’herbe grasse.

« Le voilà… »

Le regard émeraudes fixèrent le corps de l’homme qui semblait bien en piteux état, il n’avait plus rien d’impressionnant comparé à leur rencontre. Elle le regarda cracher et boire pour oublier le goût vaseux des marais. Helende fut heureuse de n’avoir pas plongé finalement, rien que pour enlever l’odeur des cheveux aurait été horrible.

« Même s’il aurait été moins stupide de le laisser livrer à lui-même… »

L’elfe sylvaine suivit du regard l’elfe lunaire avant de soupirer pour elle-même.

« Tu n’avais pas qu’à l’aider alors.. »

Helende s’assit sur un tronc non loin des deux elfes, les observant agir tout en caressant le bois finement sculpté de son arc. L’elfe argentée était en train de remettre ses bottes ce qui fit penser à la sylvaine qu’elle ne s’était même pas rendu compte qu’elle avait été nus pieds pendant tout ce temps. Elle entendit ses jambes, ses bottes creusant la mousse pourris et les herbes grasses tendis que son regard se porta vers celui qu’elle considérait plus comme un ennemi.

En le suivant du regard, Helende continua à préparer son plan qui était encore bancal dans son esprit, la situation avait jouée en sa faveur. Alors qu’elle se croyait presque en danger de mort, voilà qu’une vouivre était apparut, sans compter la chute du Drow dans l’eau. Si elle n’avait pas vraiment aidé à le sortir, elle avait fait le premier geste et ainsi, l’elfe noir penserait qu’il en serait redevable. Même si elle ne pensait pas une seule seconde qu’il allait remercier l’une des deux femmes avec un sourire aimable.

Maintenant, elle devait faire en sorte d’attraper ou de blesser le Drow et l’emmener à Asha. Les gardiens voudraient surement s’en occuper mais elle devait d’abord l’emmener à son roi et le faire parler car les renseignements pouvaient leur être utiles sur la vie des Drows dans les profondeurs de la terre.

« Elentìr… »

Helende leva la tête d’un air surpris, fixant le Drow maintenant assit sur une souche. Les yeux verts fixèrent le petit objet en cuir dans la main de l’homme et son cœur rata un bond dans sa poitrine. Le carnet contenait des informations sur l’identité d’Helende car son coéquipier s’était mis à écrire leurs aventures mais aussi leurs histoires. Il y avait dans ses morceaux de papiers les batailles que la commandante et Elentìr avaient eues avec Bleidd, les blessures qu’elle avait reçues et que son ami avait bandées pendant qu’ils essayaient de rentrer à Asha en un seul morceau.

Helende maudit son ami à cet instant précis et décida de ne pas parler de ce carnet. Elle n’avait aucunement envie de supplier l’elfe noir de lui rendre l’objet.

« Il va falloir plus de bois »

Elle ne répondit pas, fixant le Drow de son regard émeraude pendant de longue seconde avant de parler d’une voix fatiguée.

« J’y vais.. »

Helende  se leva de façon peu élégante comme si elle était endolorie, ses muscles étant crispés à cause de ses nerfs soudainement mis à vif mais elle se reprit et posa son arc contre le tronc, savant qu’il ne lui servirait à rien si elle avait les bras chargés et qu’il ne servirait pas non plus au deux elfes sans flèches. Elle commença à marcher vers les arbres d’un pas rapide, jetant un dernier coup d’œil aux deux individus dont elle ne connaissait même pas les noms.

Son corps disparut rapidement de la faible lueur du feu, sentant les branches et les feuilles lui caresser le visage. Elle se pencha et ramassa une branche peu humide puis continua la même action jusqu’à avoir un bon paquet, elle commença à faire demi-tour quand une odeur étrange se fit plus intense vers sa gauche.

Sa curiosité la piqua au vif et elle commença à marcher vers l’endroit tout en essayant de reconnaître l’odeur étrange. Ça lui piquait le nez mais c’était en même temps semblable à l’odeur de moisissure, de vase et il ne lui semblait pas avoir humé ça depuis qu’elle était dans les marais. Elle tourna son regard vers là ou était le feu et les deux elfes avant d’hausser les épaules.

« Ils peuvent attendre. »

Ses pieds s’enfoncèrent dans la boue et les racines mais continuèrent leur chemin, péniblement et lentement pour ne pas glisser, ses bras toujours chargés ne la laissé pas la chance de riposter en cas d’attaque. Ses yeux, plissés, essayaient de trouver l’origine de l’odeur mais elle ne vit rien que les arbres, les plans d’eau marécageux et la boue.

Elle continua encore sur quelques dizaines de mètres, fixant attentivement le sol pour trouver un indice quand ses efforts furent récompensés.

Lâchant les morceaux de bois à côté d’elle, ses genoux craquèrent quand elle se mit accroupie, touchant la marque sur la boue et qui se mélangeait a du liquide sombre qu’elle comprit comme étant du sang, et qui était l’origine de l’odeur pestilentiel.

De taille assez petite, environ un demi-elfe, la chose bougeait visiblement en se trainant comme un énorme serpent. Helende se pencha plus sur la marque, sa main s’enfonça dans la boue à cause de sa position et elle décida finalement de se relever. Il y avait des traces de doigts que d’un seul côté de la chose, la bête était blessée, c’était la raison pourquoi elle rampait.

Rassemblant les morceaux de bois, la Commandante fit demi-tour, gardant juste en tête qu’une bestiole qui avait perdue une patte rampait lentement vers une destination inconnue et loin d’eux, du moins elle l’espérait car elle avait vécue assez de chose pour une semaine. Elle regarda sa main boueuse et soupira de plus belle quand elle sentit un frisson lui parcourir le dos et les hanches.

« Je veux un bain.. »

Elle revint vers le feu et déposa les branches vers les pieds du Drow, elle en cassa quelques une et les jeta dans le feu tout en réfléchissant sur la nature de la bestiole qu’elle n’avait pas encore pu voir. Helende s’assit devant le feu et tira son arc vers elle, le posant sur ses jambes avant de prendre un tissu dans sa poche et de s’essuyer la main avec.

Elle posa le tissu sur le sol et joua mécaniquement avec la corde de son arc tout en fixant les flammes, elle ne savait pas quoi dire, ni quoi faire pour engager la conversation et ne pensait même pas qu’il y en avait besoin. Les deux autres elfes étaient surement fatigués, elle pouvait peut-être leur proposer de monter la garde, de faire une alliance pour la nuit ou du moins pour quelques heures. De façon à ce que l’elfe argentée récupère assez de force pour se défendre et que le Drow puisse se réchauffer sans s’inquiéter de quoi que ce soit. Après ils pourraient se séparer et faire comme s’ils ne s’étaient jamais rencontrés.

Mais ses lèvres rosées restèrent fermées, soudées. Et ses doigts continuèrent a faire vibrer la corde de son arc avec comme seul accompagnement le crépitement du bois consumé par les flammes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deardeadalice.forumactif.org/
Elënna O'ronrà
Descendante des Anciens
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Dim 4 Oct - 18:38

L’elfe de lune resta sans bouger lorsque le Drow s’activa autour de la berge. Elle avait pratiquement terminé sa guérison, mais elle devait rester concentrée encore quelques minutes. Elle ouvrit un œil pour voir ce que les deux autres elfes faisaient. L’elfe Noir avait entreprit de ramasser du bois sec, chose presque impossible.

Comment cette situation était-elle survenue? Elle voyageait seule dans le marais pour se rendre au Sud et voilà qu’elle se retrouvait en présence d’un Drow et d’une Elfe sylvaine. Si cela n’avait pas été de la Vouivre, ils se seraient probablement entre-tuer. Magnifique perspective. Dire qu’elle n’avait quitté son village que depuis quelques jours et elle était déjà passée près de la mort ou pire… Et ce, deux fois. Elle devait probablement être maudite. Ironique puisque c’était une bénédiction qui sertissait sa poitrine.

Elënna resta perplexe pendant quelques secondes sur l’utilité d’un feu. Elle ne reniait pas l’idée, parce que les flammes seraient fortement agréables… Et soudainement, elle se ravisa. Si jamais d’autres créatures du Marais souhaitaient s’approcher, ils se nourriraient sur le cadavre de la Vouivre. Une proie qui ne se débat pas devait faire un bien meilleur repas et puis, ils n’oseraient pas s’attaquer à ceux qui avaient tué le reptile.

Les yeux fermés, elle écouta les bruits de la nuit qui revenaient lentement. Elle grinça des dents au son que firent les deux pierres que le Drow utilisait pour tenter d’allumer un feu. Un éclair apparut derrière ses paupières lorsque les maigres flammes commencèrent à lécher le bois. Elle ouvrit les yeux pour plonger le regard dans les braises dansantes, s’amusant inconsciemment à voir des formes ou des images.

Elle détourna le regard lorsque l’elfe Noir retira sa tunique pour la laisser sécher à la chaleur du feu, avant de s’envelopper dans sa cape que l’elfe argenté avait dédaigné quelques instants plus tôt.

Elle n’était pas bien loin du maigre feu, mais elle ressentait à peine sa chaleur. Il faudrait peut-être y mettre un peu plus de bois…

Pendant que l’elfe noir s’intéressait à un carnet qui pendait piteusement à une branche, Elënna retourna dans les tréfonds de son sac pour y dénicher un morceau de viande séché. Elle le mâchonna lentement, pour le faire durer le plus longtemps possible. Appuyé contre le tronc humide, elle hésitait à se rapprocher du feu.

Le Drow nomma un nom. Ce n’était pas bien de fouiller dans les choses des autres… Elle remarqua le léger mouvement de l’elfe sylvaine. Connaissait-elle cette personne? Ou cela n’était qu’une simple curiosité? Épuisée comme elle l’était, Elënna n’était même pas curieuse de connaitre la réponse, chose étonnante chez elle.

- Il va falloir plus de bois.

«Alors, va en chercher» pensa l’elfe de lune. Elle ne bougerait pas… Parce qu’elle avait déjà du mal à rester droite.

C’est la voix de l’archère qui s’éleva plutôt.

- J’y vais…

Elle laissa son arc sur la souche où elle avait pris place et partit en direction des ombres que projetaient les arbres tordus du marais.

Elënna commença à ressentir une douleur au niveau des cuisses. Elle se dirigea lentement en direction du petit camp improvisé et s’assit sur une souche, restant encore légèrement à l’écart. Elle continua de mâchonner son morceau de viande. Du lapin, du faisan? Elle ne s’en souvenait plus. Rendue où elle était, tout avait le même goût. Elle prit sa gourde et en bu quelques gorgés. Quelle bonne idée elle avait eu de la remplir à la rivière avant de s’avancer dans le marais.

La rouquine revient quelques minutes plus tard, déposant des branches dans les flammes qui s’élevèrent un peu. La chaleur était déjà un peu plus intense et c’était fort agréable. Elle s’étira les jambes pour rapprocher ses semelles des braises et elle put sentir le picotement de ses orteils qui se réchauffaient et elle émit un soupir d’aise.

Elle aimait l’art de la magie. L’eau était si versatile, elle pouvait passer de la brume, à la glace, ou simplement rester à l’état liquide. La glace était probablement la plus dangereuse de ses formes et c’était celle que la jeune elfe affectionnait le plus. Par contre, être aussi sensible au froid devenait un véritable cauchemar et cela l’énervait. Elle aurait voulu perfectionner sa technique, mais cette faiblesse l’a ralentissait et avait fait en sorte qu’elle s’était entrainer plus souvent avec l’élément liquide. Si elle avait été plus résistante, elle aurait pu être plus performante aujourd’hui contre la Vouivre.

Les paroles blessantes des deux autres elfes continuaient de tournoyer dans son esprit. Elle savait qu’elle manquait d’expérience en matière de combat, surtout si on l’a comparait aux deux autres, mais elle n’était tout de même pas une incapable.

Le silence entre les trois elfes commençait à lui peser. Elle ignorait comment interagir avec eux, des représentants des races qui avaient précipité la chute de son propre peuple.

C’était… Étrange…

Le craquement du bois dans les flammes était pratiquement le seul bruit qu’on pouvait entendre, outre le chant des grenouilles et le hululement d’une chouette lointaine. La nuit était bien avancée, mais il lui restait encore quelques heures avant le lever du soleil.
Elënna finit sa viande et leva les yeux pour admirer la voûte étoilée. À peine eut elle levé les yeux au ciel qu’un enchantement céleste fit briller son regard.

Elle émit un son de ravissement très audible dans la nuit noire. Le ciel était maintenant traversé de traits lumineux. Une pluie d’étoile filante.

Étrangement, pour les anciens, il s’agissait d’un bon présage. Mais la vieille prophétie de son peuple lui revient en mémoire et sans s’en rendre compte, elle commença à la citer :

-Et les âmes des défunts traverseront le ciel et retourneront dans le monde des vivants dans une pluie de feu. Les ténèbres dévoreront le jour, le chaos et la discorde règneront. Au cœur de cette nuit permanente, il n’y aura plus qu’Ithil pour nous guider de sa lumière et…

Elle cessa de parler. Elle n’arrivait pas à se souvenir des derniers vers. Ce n’était qu’une vieille légende après tout…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rána Daevon E'Lira
Le Vagabond
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 03/09/2015
Age : 26

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Mar 6 Oct - 15:49

« J’y vais.. »

Il suivit silencieusement du regard l’archère qui s’éloignait. Sa voix laissait transparaître sa lassitude, mais le Drow n’esquissa pas un geste pour se lever. Il était fatigué lui aussi et le froid lui mordait la peau. Il sentait sa circulation engourdie, seulement il ne bougea pas pour autant.

Ses yeux violets s’égarèrent de nouveau en direction des flammes minuscules, tandis qu’il se demandait subitement si sa terre promise valait encore le coup que l’on se batte pour elle. Qui voudrait d’un territoire comme celui dont il foulait le sol, ce soir là ? Si le Mal continuait à se répandre, non seulement il perdrait l’abri que constituaient les cavernes pour son peuple, mais il devrait également dire adieu à cet endroit sous les étoiles dont il avait tant rêvé. La corruption aurait avalé bien assez tôt les derniers vestiges de la splendeur d’Asha. Tout serait à l’image de la Vallée des Vents : une terre perdue, figée dans un temps lugubre pour l’éternité. Et chacun d’entre eux promènerait son désespoir le long de ces mornes rives.
A l’approche de l’Elfe de la Lune, le Drow sortit de ses pensées noires. Il ne voulait pas de ce sombre avenir. Il refusait que le Mal se propage.

Rána jeta un œil à la magicienne, avant de se tourner vers les arbres derrière lesquels l’archère avait disparu. Peut-être qu’en formant de brèves alliances comme cette nuit, il leur serait possible à tous de préserver leurs terres. Pourtant, l’Elfe noir ne croyait pas en la paix. Les querelles auraient tôt fait de revenir et le sang coulerait de nouveau.  

Le Maraudeur secoua lentement la tête. Il allait faire comme il l’avait toujours fait : vivre au jour le jour et tirer son épingle du jeu chaque fois qu’il en aurait l’occasion. Pour l’heure, ce qui l’intéressait, c’était ce carnet qu’il avait trouvé. Il décida de le consulter, au moment où la rousse revenait avec un peu plus de bois.
Jugeant le moment peu opportun, l’Elfe noir remit à plus tard sa lecture, observant l’archère qui alimentait le feu avec les branches ramassées. La chaleur commença à s’élever un peu plus, réchauffant légèrement le Drow. On ne pouvait pas réellement affirmer qu’il se sentait bien en cet instant, mais au moins, la sensation de froid se dissipait.

Rána retint un soupir, veillant à demeurer sur ses gardes quoi qu’il arrive.
Le silence allait vite devenir pesant, mais le Drow n’en avait cure. Il pourrait rester des heures ainsi, méfiant, sans parler, dans une ambiance aussi tendue. Il se concentrait sur chacun des bruits qu’il pouvait entendre et cela le distrayait d’une certaine manière.

Néanmoins, il reconnaissait volontiers l’incongruité de la situation. Jamais il n’avait songé à se retrouver autour d’un feu avec deux Elfes de la surface. Du moins pas vivantes.

Un son de gaieté vint cependant couper net ses réflexions et il leva la tête vers l’Elfe de la lune, visiblement ravie, tandis qu’il haussait un sourcil, perplexe. Il suivit son regard vers le ciel et ses yeux s’écarquillèrent malgré lui. Des lumières semblables aux étoiles filaient dans le ciel à une vitesse impensable. On aurait dit une pluie scintillante dans la nuit noire.

La voix de la magicienne lui parvint alors :

« Et les âmes des défunts traverseront le ciel et retourneront dans le monde des vivants dans une pluie de feu. Les ténèbres dévoreront le jour, le chaos et la discorde règneront. Au cœur de cette nuit permanente, il n’y aura plus qu’Ithil pour nous guider de sa lumière et… »

Elle semblait réciter un vieux texte, mais la fin ne leur parvint jamais puisqu’elle cessa soudainement de parler.

Le silence revint, alors que Rána semblait absorbé par le spectacle céleste.

« Ithil… », murmura t-il malgré lui alors qu’il observait la lune.

Il avait déjà entendu le nom de la déesse vénérée par les Elfes pâles, mais il ignorait quel genre de divinité elle était. Se montrait-elle aussi impitoyable que Lloth ? Encourageait-elle aussi le mensonge et la tromperie, vantait-elle l’ambition si chère à la Reine Araignée ?

Alors qu’il regardait la face blanche de la Lune, l’Elfe noir se fit la réflexion qu’elle paraissait beaucoup moins effrayante que la terrible déesse de son peuple. Ithil semblait servir de guide aux Elfes de la lune, mais vers quel chemin ?

Les lumières continuèrent à traverser le ciel sous l’œil fasciné du commandant des Maraudeurs.

« Que sont ces lumières et où vont-elles ? », demanda t-il soudainement.

Il n’avait pas pu retenir ses mots, dévoré par la curiosité. C’était la première fois que Rána assistait à un tel spectacle, lui qui ne connaissait depuis sa naissance que les ténèbres des cavernes et la faible lumière des cristaux magiques.

« Est-ce de la magie ? Une illusion ? »

Il ne songea pas alors à l’identité des deux Elfes et il oublia un court instant qui il était lui-même et ce qu’il représentait pour les peuples de la surface.
Ce qu’il venait de voir lui faisait oublier le Mal qui régnait en ces lieux, les Marais et le cadavre puant de la Vouivre. De même, le carnet qu’il tenait entre ces mains demeura fermé et il ne pensait plus à le lire pour l’instant.

_________________
"Jal khaless zhah waela" ("toute confiance est une folie")
Couleur = #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-sang-des-elfes.forumactif.org
Helende Idilys’naïa
La Vierge de Fer
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 22
Localisation : Au Col des Harpies

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Jeu 8 Oct - 11:25

Helende, fixait les branches rougirent et se consumer quand un bruit venant des lèvres de l’elfe argentée lui fit relever la tête. Elle observa le ciel traversé par des étoiles et sentit ses épaules se relaxer un peu plus. Voilà une étrange expérience, voir et apprécier une pluie d’astres en compagnie d’elfes qu’elle ne connaissait même pas. Elle devrait être déjà sur la route à cette heure-ci, en train de rentrer au Col des harpies, la commandante espérait juste que personne n’était partit à sa recherche.

« Et les âmes des défunts traverseront le ciel et retourneront dans le monde des vivants dans une pluie de feu. Les ténèbres dévoreront le jour, le chaos et la discorde règneront. Au cœur de cette nuit permanente, il n’y aura plus qu’Ithil pour nous guider de sa lumière et… »

Helende posa ses yeux vers l’elfe de la nuit, se demandant quelle était la suite de cette étrange histoire. Ithil était pour les elfes lunaires son dieu Silmë, le dragon d’argent. Pas étonnant que les elfes argentés l’avaient pris comme leur guide.

« Ithil… »

Helende mis de nouveau des branches dans le feu, regardant de temps à autre les étoiles filer à travers la voute céleste.

« Que sont ces lumières et où vont-elles ? »

L’elfe sylvaine tourna un regard surpris vers l’elfe noir  qui semblait complètement absorbé par les étoiles. Voilà une question dont elle ne s’attendait pas le moins du monde, cela lui fit penser à sa propre enfance, quand elle était sur les genoux de sa mère en tentant de découvrir le secret des étoiles.

« Est-ce de la magie ? Une illusion ? »

Elle ne put retenir un sourire qui vint se tracer le long de son visage avant qu’elle se penche en arrière, fixant le ciel à son tour. Elle détacha ses cheveux tout en réfléchissant aux paroles qu’elle allait prononcer puis se dit que celle de sa mère irait à la situation, ses doigts caressèrent ses plumes et ses tresses d’un air absent.

« Les étoiles filantes sont considérés comme les esprits des disparus. Ce sont les grands êtres de ce monde, on dit que ce serait Syrus Toraliël qui ouvrirait la marche à travers l’obscurité. »

La voix d’Helende se fit plus douce qu’elle ne l’aurait voulu, elle ferma les yeux pendant quelques secondes avant de fixer le ciel. Elle n’était pas barde comme sa mère et par conséquent ne pouvait pas expliquer de façon poétique ce que signifiaient les étoiles filantes.

« Alors qu’ils errent d’habitude dans le royaume d’Uial, Silmë leur permet parfois de traverser le ciel et d’observer ce qu’il se passe sur terre. C’est une occasion rare et magnifique à la fois car on peut voir des esprits de différentes races parcourir le ciel ensemble. »

L’elfe sylvaine tourna son regard vers le feu, elle poussa à l’aide d’une branche les morceaux de bois qui s’embrasaient trop prêt d’elle. Petite, elle adorait regarder le ciel et écouter les multiples légendes sur le sens des étoiles. Malgré la chaleur du feu, elle ressentit un frisson lui remonter la nuque et elle passa sa main rapidement derrière son cou.

« Et pendant qu’ils traversent le ciel, il faut faire un vœu. L’un des esprits pourra alors l’entendre et le transmettre à Uial pour que celui-ci le réalise…»

Helende leva le regard vers le ciel, se demandant si le vœu qu’elle allait prononcer aller se réaliser, un vœu pour Em’rys. Elle pensa à son vœu et bougea ses lèvres silencieusement avant de regarder les dernières lumières dansant dans le ciel.

Le silence s’installa pendant quelque secondes puis son regard émeraude se porta vers le petit carnet que tenait le Drow. Elle imagina alors la tête dépitée d’Elentìr quand elle reviendrait les mains vides, il avait mis toute son âme dans ces petites pages reliées, écrivant toute les nuits quand ils étaient tout deux en dehors d’Asha. Helende soupira bruyamment, faisant bouger les braises dans les flammes, elle décida d’entamer la conversation pour connaitre l’identité des deux autres elfes. Son regard se porta de nouveau sur le carnet et elle plissa les yeux en prenant un air plus sérieux, fixant le Drow.

« Ce que tu as dans les mains est à mon coéquipier. Elentìr…. Je suis venue ici pour savoir ce qui l’avait blessé... et pour récupérer son précieux carnet. »

Son regard se porta vers les marais ou la peau écailleuse du monstre reflétait les reflets de la lune.

« Même si je pense avoir ma réponse. »

Elle fit rouler ses épaules en arrière, s’appuyant un peu plus contre le tronc de l’arbre.

« Maintenant que nous avons combattu une vouivre ensemble, je crois que nous pouvons commencer les présentations ! » Dit-elle avec un timbre de voix légèrement amusé.

Elle tourna son regard vers l’elfe lunaire.

« Ta notion de diversion est assez différente de la mienne, c’est la première fois que je voyais autant de glace. »

Helende ne put s’empêcher de sourire en repensant à l’évènement de tout à l’heure, regardant d’un air moqueur le seul homme du groupe.

« Et c’est la première fois que j’ai vu un Drow glisser sur la glace, chose encore plus étonnante je pense…»

Elle porta sa main gantée sur sa poitrine, hésitant quelques secondes à dire son nom mais repoussa ses craintes à plus tard.

« Je suis Helende Idilys’naïa. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deardeadalice.forumactif.org/
Elënna O'ronrà
Descendante des Anciens
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Lun 12 Oct - 16:03


« Ithil… Que sont ces lumières et où vont-elles ? »

C’était la voix de l’elfe noir qui venait de percer le silence de la nuit qui s’était installé entre eux. Elle retint un sourire. Il avait cette expression sur le visage, celui d’un enfant qui découvrait le monde ou ne serait-ce qu’une partie d’un monde qu’il ne connaissait pas. Une soif de comprendre et de savoir si lisait dans ses yeux. C’était principalement pour cette raison qu’elle avait eu envie de devenir professeur. Pouvoir voir cette petite lueur au fond du regard des plus jeunes et pouvoir les éclairer de connaissances.

« Est-ce de la magie ? Une illusion ? »

Certes c’était magique… N’avait-il jamais pris le temps, lorsqu’il sortait de ses cavernes, pour admirer réellement le ciel sous lequel il marchait?

Elënna remarqua que l’elfe sylvaine semblait vouloir dire quelque chose, alors elle l’a laissa parlé. Elle dirait sa propre version plus tard.

« Les étoiles filantes sont considérés comme les esprits des disparus. Ce sont les grands êtres de ce monde, on dit que ce serait Syrus Toraliël qui ouvrirait la marche à travers l’obscurité. »

Le regard de l’elfe de lune resta sur le ciel étoilé alors qu’elle écoutait la voix étonnamment douce de l’archère. Elle ne connaissait pas ce Syrus quelque chose, mais elle continua d'écouter.

« Alors qu’ils errent d’habitude dans le royaume d’Uial, Silmë leur permet parfois de traverser le ciel et d’observer ce qu’il se passe sur terre. C’est une occasion rare et magnifique à la fois car on peut voir des esprits de différentes races parcourir le ciel ensemble. »

La jeune elfe resta surprise. Comment deux races qui si opposé pouvait-elle avoir la même version d’un quelconque phénomène céleste? C’était surprenant. Certes, les noms des divinités n’étaient pas les mêmes, mais l’essentiel y était. Elle savait que le dieu de la nuit pour les sylvains était ce dieu dragon, Silmë. Mais Ithil était la seule à pouvoir revêtir un aspect physique et elle était là, à tous les soirs dans le ciel, à veiller sur eux.

« Et pendant qu’ils traversent le ciel, il faut faire un vœu. L’un des esprits pourra alors l’entendre et le transmettre à Uial pour que celui-ci le réalise…»

Cette partie, elle ne l’a connaissait pas. Pourquoi demander à une étoile de transmettre un vœu, alors que la Déesse Lune était directement là pour nous écouter? Mais cela restait une idée amusante…

Le silence retomba entre eux et Elënna continua de fixer le ciel. Les étoiles filantes devenaient de moins en moins nombreuses, la pluie cesserait bientôt. Son esprit se perdit dans ses souvenirs du Désert des Larmes. Elle n’y avait pas passé énormément de temps, le froid empêchaient les siens de vivre en paix, mais elle se souvenait de ce spectacle de lumière qui dansaient dans le ciel une fois la nuit tombée, comme des banderoles de millier de couleurs qui s’agiteraient sous un vent invisible.

« Ce que tu as dans les mains est à mon coéquipier. Elentìr…. Je suis venue ici pour savoir ce qui l’avait blessé... et pour récupérer son précieux carnet. »

C’était donc cela qui avait attiré l’attention de l’elfe rousse quelques instants plus tôt. Un voile de malaise était passé sur son visage lorsque le Drow avait trouvé le carnet. Il devait y avoir des choses écrites en ces pages qu’elle ne souhaitait pas que l’elfe noir lise… Ça pouvait devenir intéressant finalement.

« Même si je pense avoir ma réponse. Maintenant que nous avons combattu une vouivre ensemble, je crois que nous pouvons commencer les présentations ! »

Drôle de façon de faire des présentations. Ensuite, on venait dire que c’était les elfes de lune qui étaient bizarres.

« Ta notion de diversion est assez différente de la mienne, c’est la première fois que je voyais autant de glace. »

Normal quand on est une magicienne. Elle n’allait tout de même pas tenter une diversion à l’aide de couteau ou de flèche, ce n’était pas son domaine.

« Et c’est la première fois que j’ai vu un Drow glisser sur la glace, chose encore plus étonnante je pense…»

Elënna se mordit la lèvre inférieure pour s’empêcher de rire. Réussir à mettre en embarras un assassin Drow, formé à tout type de combat, était un réel plaisir.

« Je suis Helende Idilys’naïa. »

Ce nom lui disait quelque chose, mais elle n’en était pas vraiment certaine. Peut-être l’avait-elle perçu à un moment, alors qu’elle écoutait en cachette les conversations entres les Anciens.

S’armant de courage, elle prit une inspiration et dit simplement, en regardant les braises rougeoyantes :

«Elënna O’ronrà»

Ce n’était pas ce Drow et cette Sylvaine qui allait reconnaitre le nom de famille d’un Ancien.

Elle s’arrêta quelques secondes avant de dire une chose qui l’a taraudait depuis quelques minutes.

«C’est étrange de voir que les Elfes sylvains entretiennent pratiquement la même version que nous, au sujet des étoiles filants. Par contre, il y a un détail différent dans notre histoire. Lorsque les esprits traversent le ciel, ceux-ci observent bel et bien la terre. Mais si jamais l’un d’eux à le bonheur, durant ce court laps de temps, de trouver son âme sœur et que celle-ci est encore en vie, alors Ithil lui accordera une deuxième chance, pour qu’ils soient réunis dans ce monde… »

Aussitôt qu’elle avait ouvert la bouche, la pointe de ses oreilles s’étaient mises à rougir. Elle regretta rapidement ses paroles. Les autres races ne croyaient pas en l’âme sœur et cela venait tout juste de lui revenir. La jeune elfe avait toujours été un peu trop fleur bleue… Et elle parlait trop.

Elle détourna le regard vers les ombres du marais, gênée. Le vent souffla sur ses cheveux qui firent briller des reflets d’argent sur les troncs noueux et sombres. Une légère odeur, différente de celle de la vase lui parvient. Ayant passé sa vie entière dans le Nord, elle ne pouvait pas confondre celle-ci :

«Des Trolls… Mais ils sont loin…»

Une chance pour eux. Ce n’était que le vent qui portait leur odeur infect. Elle n’avait pas vraiment envie de se retrouver nez à nez avec un monstre hideux et sans cervelle.

Elle attrapa quelques branches qu’elle jeta dans les flammes et s’étira un peu plus les jambes pour rapprocher ses pieds de la chaleur qui lui picotait agréablement la plante de ses orteils.

Le jour allait se lever dans quelques petites heures et elle n’avait pas beaucoup avancé en direction du Sud durant la nuit. Dormir dans le marais durant la journée était hors de question, puisqu’elle y serait à nouveau lorsque la nuit reviendrait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rána Daevon E'Lira
Le Vagabond
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 03/09/2015
Age : 26

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Mar 13 Oct - 19:56

Le Drow fut coupé dans sa contemplation lorsque retentit la voix de l’Elfe sylvaine. « Etoiles filantes », c’est ainsi qu’elle qualifia le phénomène, tout en racontant la légende qui courait à son sujet.

L’émerveillement du Maraudeur cessa aussitôt qu’elle prononça le nom de Syrus Toraliël, ancien seigneur de Nimmîr, auquel avait succédé Loriel Elynwood. Un guide qui menait les défunts… La belle blague !

« Syrus Toraliël n’a jamais guidé personne ailleurs que sur un seul chemin ; celui de la guerre », murmura le Maraudeur, les yeux perdus dans les flammes.

Après tout, n’avait-il pas condamné les Drows à l’obscurité des Monts d’Obsidienne ? Il avait précipité l’affrontement entre leurs deux peuples et avait fini tué sur le champ de bataille de la Lune de Sang. Et Em’rys Fëalócë ne valait guère mieux, mais l’Elfe noir se garda bien de tout commentaire, écoutant la suite de la légende qui évoquait Uial et Silmë. Rána savait qu’ils étaient les Anciens Dieux, ceux que son propre peuple avait abandonnés pour la Reine Araignée. A moins que ce ne soient les Dragons eux-mêmes qui aient tourné le dos aux Elfes noirs, qui sait. Finalement, il ne savait pas grand-chose à leur sujet.

La femme insinuait que ces étoiles filantes représentaient les esprits de différents peuples chevauchant ensemble les cieux. Le Drow n’y croyait guère. C’est un tout autre regard qu’il porta sur la voûte céleste. Comment des races qui se haïssaient autant pourraient cheminer côte à côte ? C’était absurde et ridicule !

Le Maraudeur préférait ne plus prêter attention à ces histoires de vieille femme, mais –mauvaise foi qu’il était !- il ne pouvait s’empêcher d’écouter.

La voix de l’archère se mêlait au crépitement du feu, troublant vaguement la nuit :

« Et pendant qu’ils traversent le ciel, il faut faire un vœu. L’un des esprits pourra alors l’entendre et le transmettre à Uial pour que celui-ci le réalise…»

Rána leva malgré lui les yeux au ciel. Un vœu… Pourquoi un esprit se soucierait-il du sort des vivants ? Uial était-il le genre de Dieu à accorder un souhait sans exiger de contrepartie ?

Lloth pouvait parfois consentir à apporter son aide à un Elfe si ce dernier parvenait à trouver grâce à ses yeux. Seulement, il ne fallait pas oublier que plus haute se faisait l’ascension, plus terrible serait la chute.

La religion des Elfes sylvains semblait bien différente de celle de son peuple. Le rapport entre eux et leurs divinités était totalement dissemblable de celui qui liait un Drow à Lloth. Rána ne parvenait pas à croire qu’autrefois ils avaient partagé le même culte. Tant de choses les séparaient désormais !

Le Drow n’avait jamais manifesté de grande dévotion à la Reine Araignée, mais il n’oubliait pas que c’était Lloth qui les avait guidés lorsque les ténèbres s’étaient refermées sur eux. Quand ils avaient dû tout reconstruire, rebâtir une civilisation à la hauteur de leur ambition, seule la sombre déesse avait entendu leurs prières. Elle était vile et terrible, mais ils n’avaient plus qu’elle et les promesses de vengeance qu’elle leur soufflait.

Mais quel pouvoir Lloth possédait-elle à la surface ?

Et si lui, l’Elfe noir, prononçait un souhait à cet instant, serait-il exaucé par Uial ?
Le Drow se rendit compte qu’il n’avait d’autre vœu à formuler que celui de vivre. Mais pour cela, il comptait davantage sur ses lames que sur un dragon, fut-il dieu de la vie et de la mort.

Ce fut à nouveau la voix de l’Elfe sylvaine qui le tira de ses réflexions. Elle s’adressait directement à lui en désignant le carnet qu’il n’avait pas encore ouvert. Aussitôt, le guerrier se mit sur la défensive,  observant le visage de son interlocutrice, devenu soudainement grave. Il ne s’était point trompé : l’objet revêtait de l’importance pour elle. Ses propos ne firent que confirmer ses doutes :

« Ce que tu as dans les mains est à mon coéquipier. Elentìr…. Je suis venue ici pour savoir ce qui l’avait blessé... et pour récupérer son précieux carnet. Même si je pense avoir ma réponse. »

Rána ne répondit rien. Il pesait le pour et le contre et du moment qu’il n’avait pas tranché la question, cela ne servait à rien de parler. Si l’Elfe avait fait tout ce chemin pour récupérer ce document, c’est qu’il recelait des informations importantes, non seulement pour son coéquipier, mais sans doute aussi pour elle. Sinon pourquoi serait-elle venue à la place de cet Elentìr ?

Les yeux du Drow se plissèrent alors qu’il fixait toujours l’archère. Il ne devait rien à ces deux femmes, de toute façon. Il avait trouvé le carnet, il le gardait. Il n’y avait rien d’autre à dire. Pour le lui faire comprendre, il resserra sa prise sur la poignée de ses dagues et exhiba leur lame scintillante au regard des deux Elfes. Cette mise en garde valait mieux que de simples mots, mais il se rendit compte que la rousse semblait à mille lieux d’un combat en cet instant. Elle n’avait sans doute même pas vu son geste.

« Maintenant que nous avons combattu une vouivre ensemble, je crois que nous pouvons commencer les présentations ! »

L’Elfe noir se rembrunit devant ce ton amusé et cette soudaine familiarité. De plus, il n’avait absolument pas la même vision des évènements que l’archère.

« Nous n’avons pas combattu ensemble. Nous avons combattu le même ennemi au même moment. Nuance. », répliqua t-il en marmonnant d’une voix lugubre.

Mais déjà, la rousse s’intéressait à l’Elfe de la lune, qui n’avait encore rien dit, elle non plus, ce qui étonnait tout autant le Drow. Pas de commentaires farfelus à l’horizon ou de prophéties incompréhensibles ?

Rána en profita pour aiguiser ses lames avec une pierre trouvée à ses pieds. L’une d’elles avait souffert de se rencontre avec la peau écailleuse et dure de la vouivre. Il la ferait réparer une fois de retour à Har’oloth. Du moment qu’elle tranchait toujours, il ne s’inquiétait pas trop.  

« … Et c’est la première fois que j’ai vu un Drow glisser sur la glace, chose encore plus étonnante je pense…»

En entendant ces derniers mots, le Maraudeur s’interrompit dans sa tâche et gratifia la rouquine d’un regard torve, chargé de mille promesses de mort.

« Vith'os, Darthiir ! », lâcha t-il dans un grondement rauque ces paroles fort peu polies.

Il ne se débarrassait pas aisément d’une certaine aura d’animosité, tandis que ses deux interlocutrices semblaient, à l’inverse, s’ouvrir un peu plus au dialogue. Mais peut-être n’était-ce là qu’un piège destiné à lui faire abandonner sa méfiance. On lui avait toujours décrit les Elfes de la surface comme pervers et mesquins.

« Je suis Helende Idilys’naïa. »

L’Elfe noir tiqua légèrement à ce nom qui sonnait familièrement à ses oreilles.
Helende… N’était-ce pas celle que l’on surnommait la Vierge de fer ? Sa crinière flamboyante tendait à confirmer l’hypothèse. Bleidd lui avait parlé, à plusieurs reprises, de la commandante des Eclaireurs, cette femelle qui pensait pouvoir se mesurer à lui, le général des Sombrelames. Pas étonnant que son frère fut piqué au vif. Tous ceux qui tentaient de le combattre représentaient un défi pour lui et il ne cessait de les traquer que lorsqu’il les avait passés au travers de sa lame.
Rána se rembrunit. Ainsi, il se trouvait juste devant l’une des conseillères d’Em’rys en personne. Voilà une information des plus utiles. Il s’étonna néanmoins de la voir voyager seule. Il aurait été cependant mal avisé de lui en faire le reproche, puisque lui-même s’était rendu à la surface sans la moindre escorte.

«Elënna O’ronrà»

Rána tourna machinalement son regard vers l’Elfe de la lune, jusqu’ici silencieuse. Il connaissait plutôt mal son peuple et pour cause ; ces derniers s’étaient tenu à l’écart de la civilisation pendant près d’un siècle. Cela dit, toute information était bonne à prendre, aussi le Drow garda t-il ce nom gravé dans un coin de son esprit. Helende et Elënna, donc…

«C’est étrange de voir que les Elfes sylvains entretiennent pratiquement la même version que nous, au sujet des étoiles filantes. Par contre, il y a un détail différent dans notre histoire. Lorsque les esprits traversent le ciel, ceux-ci observent bel et bien la terre. Mais si jamais l’un d’eux à le bonheur, durant ce court laps de temps, de trouver son âme sœur et que celle-ci est encore en vie, alors Ithil lui accordera une deuxième chance, pour qu’ils soient réunis dans ce monde… »

Rána poussa un grognement méprisant, alors que la jeune Elfe rougissait légèrement. Il ne se sentait pas concerné par cet élan de romantisme, surtout pas avec un cadavre de monstre pourrissant non loin d’eux, dans des marécages mal fréquentés.

L’Elfe noir ne croyait pas en l’âme sœur, ni en toutes ces fadaises propres à l’amour. Les alliés d’un jour n’étaient que les ennemis de demain ; voilà bien la seule leçon à retenir si l’on ne voulait pas finir avec un poignard planté dans le dos.

Le silence retomba légèrement après cette intervention, tandis que Rána observait le déclin de la nuit. Le jour ne tarderait point. Le Drow se leva aussitôt, récupérant sa tunique toujours pendue à une branche, près du feu. Une sensation agréable de chaleur l’enveloppa au contact du tissu sur sa peau. Il rajusta ses pendentifs dans un tintement métallique, tandis que sa boucle d’oreille se balançait au gré de ses mouvements de tête, brillant parfois d’un éclat rougeoyant à la lueur des flammes. Le Maraudeur allait pouvoir reprendre sa route à la faveur de la lune. Mais avant cela…

Il fut vite rattrapé par un mauvais pressentiment qui lui fit tourner la tête en direction du nord. Le vent transportait avec lui une odeur qui ne le rassurait guère. Les Marais étaient vraiment mal fréquentés, la nuit… Sur quoi allait-il encore tomber ?

Comme en réponse à sa question silencieuse, la jeteuse de sort prit la parole :

«Des Trolls… Mais ils sont loin…»

Elle semblait bien connaître ces créatures. Le Drow n’en avait quant à lui jamais rencontré ; il ne connaissait que les histoires que l’on racontait à leur sujet. Rána jeta un œil au campement improvisé.

« La lumière risque de les attirer. On les dit trop stupides pour mesurer le danger. »

Il parlait plus pour lui-même, mais ses paroles sortirent de sa bouche sans qu’il n’ait eu le temps de les retenir.

L’une des dagues du Drow jaillit soudainement entre ses mains. Quoiqu’il arrive, il était prêt au combat. Ou plutôt, il comptait bien affronter le danger si ce dernier venait à lui. Rána n’oubliait pas qu’il venait de se mesurer à une vouivre ; ses muscles le lui rappelaient douloureusement.

Dans son autre main, l’Elfe noir tenait toujours le carnet appartenant au dénommé Elentìr. Il se tourna lentement vers l’archère, tout en plaçant l’objet dans la poche de sa tunique.

« Tu dis que ce carnet est important aux yeux de ton ami, mais dans ce cas, pourquoi n’est-il pas venu le récupérer ? Pourquoi t’envoie t-il, toi ? S’il est si précieux, qu’il vienne le chercher lui-même. »

Un sourire railleur fendit les lèvres du Drow.

« Ou viens le prendre pour lui si cela te chante, Vierge de fer. »

Pour peu, Rána aurait ri de sa chance insolente. Il choisissait de sortir seul à la surface et voilà qu’il tombait sur la commandante des Eclaireurs en personne, l’une des ennemies les plus farouches de son frère aîné ! Comme il serait plaisant d’éliminer la cible de Bleidd et d’observer sur le visage de ce dernier les traits de la défaite !

Nul doute que cet acte l’auréolerait de gloire aux yeux de son peuple et présenterait les Maraudeurs sous un jour favorable.

Et si Jemme ne s’était point trompé ? Lloth l’avait peut-être bien marqué, après tout. Si Matrone Opale n’avait esquissé que trop tard des plans pour son plus jeune fils, la Déesse n’avait peut-être pas commis la même erreur. Devait-il voir dans cette rencontre un coup de pouce de la Reine Araignée dans ses projets ?

Quant à la dénommée Elënna… Il la laisserait sans doute vivre. Il fallait bien quelqu’un pour raconter à la surface ce qui s’était déroulé cette nuit. Ce serait l’occasion pour elle de rappeler aux siens combien il était mal avisé d’attiser la rancœur des Drows.

_________________
"Jal khaless zhah waela" ("toute confiance est une folie")
Couleur = #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-sang-des-elfes.forumactif.org
Helende Idilys’naïa
La Vierge de Fer
avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 18/09/2015
Age : 22
Localisation : Au Col des Harpies

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Mar 13 Oct - 22:53

«Elënna O’ronrà»

Helende se mit de nouveau à caresser son arc, regardant la jeune elfe lunaire.

«C’est étrange de voir que les Elfes sylvains entretiennent pratiquement la même version que nous, au sujet des étoiles filants. Par contre, il y a un détail différent dans notre histoire. Lorsque les esprits traversent le ciel, ceux-ci observent bel et bien la terre. Mais si jamais l’un d’eux à le bonheur, durant ce court laps de temps, de trouver son âme sœur et que celle-ci est encore en vie, alors Ithil lui accordera une deuxième chance, pour qu’ils soient réunis dans ce monde… »

Les yeux émeraude fixèrent ceux acier avant de regarder le ciel. Les elfes argentés étaient bel et bien fleur bleu et ce n’était pas le commentaire de celle aux cheveux blancs qui allait lui faire changer d’avis.

Elle repoussa aussitôt les idées sur une quelconque histoire en relation avec Em’rys. Réfutant toutes thèses se créant dans sa tête en repoussant des mèches rebelles de devant ses yeux et profitant de ce geste pour cacher les rougeurs apparaissant sur ses joues.

Le vent se leva et Helende plissa les yeux en retroussant les narines de dégouts. Elle connaissait cette odeur qu’elle pouvait reconnaitre parmi des centaines, une odeur qui la repoussait tellement que la première fois qu’elle avait sentit ça, elle avait préféré s’enfuir sous le rire d’un de ses compagnons.

« Trolls. » Souffla-t-elle d’un air ennuyé.

«Des Trolls… Mais ils sont loin…»

Plus loin ils étaient, mieux Helende se portait. Elle détestait fortement cette race sans la moindre intelligence, contrairement à Céciel qui lui trouvait fort amusant de converser avec ces créatures de trois mètres. Sachant que la race de la commandante n’était déjà pas réputée pour leur grande taille, elle se sentait comme un insecte face aux trolls.

Elle se demanda qui était assez idiot et farfelu pour aimer ce genre de créature. Les mains d’Helende tournèrent les flèches dans tous les sens, observant s’il y avait des problèmes aux niveaux de la pointe ou des plumes. Elle préférait garder des flèches en cas de danger sur le retour, sans compter qu’emmener le Drow à Asha n’allait pas être une tâche facile.

« La lumière risque de les attirer. On les dit trop stupides pour mesurer le danger. »

Se faisant à l’idée que la seule source de chaleur qu’elle avait eue depuis deux jours allait disparaître. Helende se leva et rangea son carquois correctement dans son dos quand elle regarda le carnet disparaître dans la tunique.

« Tu dis que ce carnet est important aux yeux de ton ami, mais dans ce cas, pourquoi n’est-il pas venu le récupérer ? Pourquoi t’envoie t-il, toi ? S’il est si précieux, qu’il vienne le chercher lui-même. »

Helende ne répondit pas, fixant juste le regard améthyste du Drow. Ses doigts serrant de plus en plus son arc.

« Ou viens le prendre pour lui si cela te chante, Vierge de fer. »

Toute trace de son caractère aimable qu’elle avait montré plus tôt disparue pour laisser un visage froid. Ses doigts, dont les jointures blanchissaient à vu d’œil, tenaient toujours aussi fermement l’arc. Elle ouvrit enfin les lèvres, parlant d’un air sec et tranchant.

« Voilà pourquoi vous allez rester encore de longues années sous terre, Drow. »

Son visage exprima toute la colère et la haine qu'elle ressentit à l'entente de son surnom. Elle maudit intérieurement un certain druide qui avait lancé cette appellation stupide et à double sens. Elle se pinça l'arrête du nez, essayant de retrouver son calme et sa dignité quelques peu perdu en chemin, parfois Helende ne se reconnaissait pas elle-même.

« Je veux juste avoir ce carnet pour retourner à Asha... Ce n'est pas si compliqué à comprendre. D'ailleurs, pourquoi je devrais répondre à tes questions alors que tu ne t'es même pas présenté ? Drow insolent.»

Helende mis son arc derrière son dos, sachant que ce n'allait pas être chose facile d'avoir de nouveau le carnet en sa possession. Surtout après ce qu'elle venait de dire, mais l'homme n'était pas aimable alors elle n'avait pas besoin de l'être aussi.

« Si tu ne veux pas me le rendre, je t'emmène à Asha... Même si je dois te tirer par les cheveux ! »

La Commandante tourna un regard vers Elënna, espérant un soutient féminin même si elle ne pensait pas l'avoir. Les elfes argentées étaient bien trop étrange et la jeune elfe ne faisait pas exception. Si Helende lui demandait d’immobiliser le drow, qui sait si elle n'allait pas faire quelque chose d'encore plus abracadabrant qu'un lac de glace... Une idée vint alors à l'esprit de l'elfe Sylvaine.

« Elënna O’ronrà, veux-tu venir à Asha avec moi ?»

L'elfe argentée pourrait séjourner à Asha comme invité d'helende.

«Les réponses que tu cherches sont peut-être là-bas.» Dit Helende en souriant presque imperceptiblement. «Mais aussi protection... Et je pourrais te présenter un druide... Qui pourrait peut-être t'apprendre des choses utiles. »

Son regard se tourna vers l'esclavagiste, un regard accusateur. Sa main droite se tendit vers l'homme, elle n'allait pas lâcher l'affaire.

«Rends moi le carnet...»

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://deardeadalice.forumactif.org/
Elënna O'ronrà
Descendante des Anciens
avatar

Messages : 37
Date d'inscription : 19/09/2015
Age : 23

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Mar 20 Oct - 5:46

« La lumière risque de les attirer. On les dit trop stupides pour mesurer le danger. »

Sauf qu’ils étaient loin. S’ils avaient pu voir la lumière, ils auraient déjà déboulé dans le campement en hurlant comme les idiots sans cervelles qu’ils étaient. Pour le moment, le feu pouvait rester allumé. L’elfe de lune ne s’en plaignait pas. Elle commençait à peine à sentir le sang battre dans ses orteils. Au moins, elle ne les perdraient pas ce soir.

« Tu dis que ce carnet est important aux yeux de ton ami, mais dans ce cas, pourquoi n’est-il pas venu le récupérer ? Pourquoi t’envoie t-il, toi ? S’il est si précieux, qu’il vienne le chercher lui-même. »

Elënna ignora la conversation qui se déroulait entre les deux autres elfes. Elle réfléchissait plutôt à ce qu’elle devrait faire prochainement. Si elle se souvenait bien de ses leçons de géographie, elle devrait passé par la Vallée des Vents, avant de se rendre jusqu’au col des Harpies pour ensuite pouvoir descendre plus au Sud, en direction des villages forestiers d’Asha. Elle se demandait à quoi ces dernières pouvaient bien ressembler. Elle avait passé quelques années de sa vie dans des abris de fortune au cœur du Désert des Larmes et dans les forêts de pins du Nord.

« Ou viens le prendre pour lui si cela te chante, Vierge de fer. »

Ce surnom, était-il pour l’archère rousse? Elle n’en semblait pas l’apprécier puisque son visage était maintenant blanc de colère. Était-elle connue en tant qu’éclaireuse? Elënna se maudit presque pour ne pas avoir prêté à ce genre de détails. Elle était désormais dans un monde qui lui était pratiquement inconnu et qui ne possédait pas les mêmes règles que le petit monde d’elfe de lune dans lequel elle avait passé toute son existence. Elle devait jouer habilement et ne pas montrer aux autres son ignorance ou elle se ferait tué…Ou pire.

« Voilà pourquoi vous allez rester encore de longues années sous terre, Drow. »

Oh, la conversation commençait à s’envenimer et cela devenait intéressant. L’elfe argentée fit semblant de prêter attention aux courroies de son sac, mais elle était toute ouïe.

« Je veux juste avoir ce carnet pour retourner à Asha... Ce n'est pas si compliqué à comprendre. D'ailleurs, pourquoi je devrais répondre à tes questions alors que tu ne t'es même pas présenté ? Drow insolent. Si tu ne veux pas me le rendre, je t'emmène à Asha... Même si je dois te tirer par les cheveux ! »

Elënna remarqua soudainement qu’Helende la regardait depuis quelques secondes. Cherchait-elle un soutien quelconque? La jeune elfe ne comprenait pas réellement les enjeux autours de ce carnet, alors préféra-t-elle s’abstenir.

« Elënna O’ronrà, veux-tu venir à Asha avec moi ? Les réponses que tu cherches sont peut-être là-bas. Mais aussi protection... Et je pourrais te présenter un druide... Qui pourrait peut-être t'apprendre des choses utiles. »

Elle resta surprise. Elle y pensait justement. C’était presque une chance inespéré, pouvoir se rendre jusqu’au col des Harpies avec quelqu’un qui connaissait le chemin et d’ailleurs, savait quels chemins emprunter pour éviter de se retrouver en présence d’un Drow.

«Rends-moi le carnet...»

Pendant que l’elfe sylvaine tentait bien péniblement de convaincre l’elfe Noir de lui rendre le journal, Elënna réfléchissait. Elle savait qu’elle ne devait pas accordé sa confiance trop facilement, mais elle n’était pas bête au point de refuser une telle offre…

Elle ouvrit la bouche pour répondre, mais se ravisa dans le choix de ses mots. Après quelques secondes de silence et de réflexion, elle dit finalement :

«J’accepte ta proposition, Helende Idilys’ naïa.»

Avoir un éclaireur pour guide allait grandement faciliter son voyage jusqu’au Sud. En réalité, toutes ses pensées tournaient autour de cette seule et même idée. Elle espérait juste que cette proposition ne cachait pas quelque chose. Qu’elle aurait a payé un quelconque prix à cette bonté…

Elle esquissa un sourire et continua :

«Par contre, je dois refuser à ce qui a trait au… Druide. Je n’ai aucun intérêt dans la magie chamanique qui… Disons-le, manque de finesse.»

Pour des gens qui n’étaient pas accoutumé à la magie, toutes ses formes pouvaient s’apparenter. Mais il y avait tant de différence entre la magie lunaire et la magie chamanique… Il était presque aberrant qu’elle ne savait même pas ce léger détail. Cette dernière était sauvage et axé sur certains éléments, ainsi que sur les enchantements. La magie lunaire était plus fluide, plus axé sur les pouvoirs de l’esprit…

Par contre, même si elle descendait dans le Sud avec la rouquine, elle aimerait s’arrêter au niveau de la Vallée des Vents. Elle devait absolument voir les ruines de la cité qui avait habité autrefois son peuple. C’était plus qu’une simple envie, c’était… Impossible à décrire. Elle n’avait aucun souvenir de cet endroit pourtant. Rien. Mais elle devait y aller, seulement pour s’imaginer qu’un jour, il y a longtemps, sa famille y vivait, heureuse. Pour être en mesure de se sentir lier avec eux, d’une quelconque manière, eux qu’elle n’avait jamais réellement connus.

Elle ajusta sa cape et réinstalla son sac sur ses épaules, tout en restant assise. Elle était prête à partir à tout moment, malgré la fatigue qui l’a tenaillait. Dormir quelques heures ne lui aurait, certes, pas fait de mal, mais elle ne souhaitait pas se reposer dans ces marais nauséabonds et habités de créatures plus répugnantes les unes que les autres…

Elle leva les yeux en direction du ciel quelques secondes, et remarqua que sa teinte commençait à changer. Le jour allé se lever bientôt et il faudrait se mettre en route. Mais il restait encore cette question du carnet.

Une idée passa rapidement dans l’esprit de l’elfe argentée. Elle pourrait rapidement utiliser un filet d’eau, passé dans le dos du Drow pendant qu’il était distrait sur l’elfe sylvaine et puis subtiliser le carnet, pour ensuite le remettre à Helende qui semblait être la propriétaire légitime de ce dernier.

Mais la jeune elfe hésita à passer à l’action. Après tout, l’elfe noir pouvait se rendre compte de quelque chose et il était rapide sur ses armes…

«Le soleil va se lever... J'ignore combien de temps vous allez continuer à vous regarder en chien de faïence tout les deux, mais il faudrait vous décidez...»

Ses paroles allaient peut-être déclenché un véritable brasier entre les deux autres elfes, mais elle ne les regrettaient pas... Pas vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rána Daevon E'Lira
Le Vagabond
avatar

Messages : 66
Date d'inscription : 03/09/2015
Age : 26

MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   Mer 28 Oct - 17:43

Non sans éprouver une joie malsaine, il constata que sa provocation avait fait mouche. Il n’en fallut pas plus à Helende Idilys’naïa pour réagir, son visage perdant subitement toute trace de légèreté, ce qui rendait justice à son surnom.

« Voilà pourquoi vous allez rester encore de longues années sous terre, Drow. »

Ce fut au tour de Rána de prendre un visage plus inquiétant. Son cynisme laissa place à un masque de froideur, alors que ses deux yeux améthystes se braquaient sur sa sévère interlocutrice. Il soutint son regard avec la volonté de la faire plier. Lui ne comptait pas se détourner.

« C’est ce que l’on verra, Elfe des bois. », répondit-il sur un ton venimeux.

On ne pouvait faire confiance aux Elfes Sylvains ! Voilà ce que lui criait sa conscience. Ces êtres des forêts croyaient qu’ils pouvaient monopoliser Asha au détriment des autres peuples ! Qu’un seul décide de s’opposer à eux et il se verrait aussitôt banni sans autre forme de procès ! On le lui avait maintes fois présenté la bassesse et la perfidie de ses cousins des bois, et le Drow ne pouvait que constater qu’ils ressemblaient à ce qu’on lui avait décrit jusqu’à présent.

Qu’allait-elle faire désormais, la rouquine ? Le chasser de la surface comme son peuple l’avait fait des années auparavant ? Qu’elle essaye seulement et il…

L’Elfe noir suspendit ses pensées, tandis que l’archère semblait se calmer avec quelques difficultés. Le Drow n’en oublia cependant pas sa méfiance et il esquissa quelques pas sur le côté, prêt à engager le combat si nécessaire.
Cette situation inédite de trois représentants des différents peuples réunis en un même lieu hostile le rendait perplexe. Comment réagir, dans ce cas précis ? Rána l’ignorait. Au fond de lui, il se sentait coupable de n’avoir pas encore éliminé ces deux Elfes. Lloth lui en voudrait-elle ? Le voyait-elle en ce moment ? La déesse s’était-elle mise en tête de lui faire payer par la suite ses hésitations ? Le Maraudeur ne se sentait pas à l’aise avec tout cela.  

Tuer ou s’en aller sans rien faire… S’il partait, la menace d’une colère de la Reine Araignée pèserait sur sa conscience. Qui sait si elle n’enverrait pas un signe à Elmera pour lui signifier sa désapprobation. La Haute Prêtresse se ferait sans doute une joie de l’éradiquer au nom de sa déesse.

*Tout va bien*, pensa le Drow. *Lloth me guide.*

Etrange comme ces paroles pouvaient sonner creux dans son esprit. Il n’y puisa aucun réconfort, pas plus que dans les propos que prononça Helende :

« Je veux juste avoir ce carnet pour retourner à Asha... Ce n'est pas si compliqué à comprendre. D'ailleurs, pourquoi je devrais répondre à tes questions alors que tu ne t'es même pas présenté ? Drow insolent.»

Retourner à Asha… Ces mots seuls ouvrirent une blessure dans le cœur pourtant hermétique de Rána. Le seul endroit où lui pouvait espérer retourner, c’était parmi les ténèbres des Monts d’Obsidienne. Avec le sentiment de douleur, il entendit siffler à ses oreilles le pernicieux sifflement de la jalousie. Son venin s’infiltra aussitôt dans la plaie, installant dans la tête du Drow une bombe à retardement. Sur le moment, il se prit à haïr cette étrangère, avant de se rendre compte que l’étranger en ces terres, c’était lui. Il n’en ressentit que d’autant plus de colère et d’amertume. Pour peu, il l’aurait tué là, sans même réfléchir. Il n’avait que quelques pas à faire, tendre sa main et tordre ce joli cou pâle. Ainsi, les Eclaireurs n’auraient plus qu’à se trouver un nouveau chef qu’il se hâterait d’éliminer à son tour.

Comme il serait tentant de tuer maintenant l’ennemi de Bleidd. Voilà les pensées qui se bousculaient dans l’esprit du Drow.  

Rána avait fièrement relevé la tête lorsqu’elle l’avait traité de Drow insolent. Pourquoi devrait-il lui donner son nom après tout ? Elle avait accepté de dévoiler son identité, libre à elle d’agir inconsciemment ! Lui, il n’était pas de cet avis.

Et pour quelle raison lui remettrait-il un carnet qui n’était même pas le sien.

« Et quelle sorte de couard est donc cet Elentìr pour ne pas venir lui-même récupérer ce qu’il a perdu ? »

Lassé de cette discussion qui tournait en rond, l’Elfe noir voulut se détourner. Le soleil n’allait pas tarder à se lever et il n’avait aucune envie de rester à découvert lorsque l’astre fendrait l’horizon. De plus, des pensées plus noires encore l’assaillaient depuis quelques minutes. Non, c’était bien avant, même. Déjà en sortant de l’eau infâme des marécages, il avait commencé  se sentir différent. Comme si le combat contre la vouivre avait réveillé en lui une soif de combat désormais insatiable. En bon guerrier, Rána possédait en lui une forme de violence qui ne trouvait d’exutoire que dans la guerre, mais il avait toujours réfréné cette part de lui afin de réfléchir efficacement. Après tout, il n’était plus un Sombregarde depuis de longues années, mais un Maraudeur. Un assassin ne se précipitait pas au combat ; il prenait le temps et il frappait dans le dos. Si Bleidd avait le sang chaud comme un brasier ardent impossible à éteindre, Rána se caractérisait par son sang-froid légendaire. Ses colères étaient glaciales, tout comme son regard.

Alors pourquoi perdait-il la maîtrise de ses propres émotions aussi soudainement ? Cela n’avait aucun sens !

Bien qu’il en ignora la cause, le Drow était convaincu d’une chose : il devait s’en aller et vite.

Mais l’archère ne semblait pas en avoir fini. Maudite Eclaireuse !

« Si tu ne veux pas me le rendre, je t'emmène à Asha... Même si je dois te tirer par les cheveux ! »

Les prunelles de Rána s’embrasèrent aussitôt d’un feu plus brûlant encore que celui du campement. Il exécuta un mouvement fluide du poignet, la lame de sa dague tournoyant dans sa main.

« Essaye seulement, femme, et ta tête rejoindra celle de Syrus Toraliël », lança t-il d’une voix sombre, tel un défi.  

Allait-elle pousser sa chance à l’extrême ? La patience du Drow avait ses limites et Helende risquait de les atteindre très vite. Ils avaient combattu côte à côte la vouivre, c’était un fait, mais cela ne faisait pas d’eux des alliés. L’Elfe noir ne se considérait pas comme étant lié à ces deux femmes. Si l’une d’entre elle osait le braver, il se montrerait beaucoup moins conciliant qu’il ne l’avait été. L'idée de les tuer s'était imposée à lui, au début, puis il avait cependant renoncé devant le danger des Marais. Mais il pouvait toujours revenir sur sa décision avant que le soleil ne se lève...

Chose inattendue, l’archère, qui guettait visiblement un soutient lunaire qui ne venait pas –ce qui était quand même le comble de la part d’un peuple qui avait laissé mourir son allié- se désintéressa du carnet pour proposer à la jeune Elfe de venir avec elle.

Rána en conclut que le carnet n’avait pas tellement d’importance et il en profita pour s’éclipser. Alors qu’il leur tournait le dos, la voix d’Helende l’interpela de nouveau, toujours à propos du même sujet :

«Rends-moi le carnet...»

Un soupir s’échappa des lèvres de l’Elfe noir. Elle ne comptait donc pas le laisser partir.

Pour toute réponse, il tapota la poche de sa tunique. Il ne prit pas la peine de se retourner, mais ses sens demeuraient en alerte. Ses yeux quant à eux fouillaient le ciel, décelant les premiers signes de l’aube. La nuit prenait fin, les ténèbres reculaient. Une forme d’angoisse monta en lui à l’idée de se faire piéger par la morsure du soleil. Il devait se hâter, avant de se retrouver aveuglé.

L’Elfe noir entendit seulement Elënna accepter la proposition, mais tout ceci ne le concernait pas.

«Par contre, je dois refuser à ce qui a trait au… Druide. Je n’ai aucun intérêt dans la magie chamanique qui… Disons-le, manque de finesse.»

Manquer de finesse… L’Elfe noir jeta un rapide coup d’œil à ce qu’il restait de la surface gelée en se demandant où se trouvait la finesse dans ce sort là. Elle les avait conduits à plus de ridicule que de majesté…

«Le soleil va se lever... J'ignore combien de temps vous allez continuer à vous regarder en chien de faïence tout les deux, mais il faudrait vous décider...»

Ah ! Voilà enfin de sages paroles qui ramenaient le sujet à son centre d’intérêt !

Rána pivota sur lui-même pour se trouver face aux deux Elfes. Elles avaient formé une sorte d’alliance temporaire, aussi était-il plus que temps pour lui de s’éclipser, sans quoi la situation deviendrait dangereuse pour lui.

« On reconnait bien là tout le talent des prophètes d’Ithil », ironisa l’Elfe noir sur un ton faussement suave en direction d’Elënna.

Rána s’approcha à pas lents du feu, qui crépitait toujours, tel un loup avançant en territoire ennemi. Ses yeux passaient de l’une à l’autre de ses potentielles adversaires. Ils s’arrêtèrent sur l’Elfe pâle.

« Crois-tu sincèrement que ce peuple égoïste t’aidera ? Leur roi se moque du mal qui règne en Asha, sinon n’aurait-il pas déjà agi ? Et ils prétendent dominer Asha ! »

Un faible rire cynique s’échappa de ses lèvres, avant que son visage ne redevienne grave.

« Réponses et protection, vous n’avez rien obtenu de tout cela, il y a près d’un siècle, lorsque vous avez injustement payé le prix pour nous avoir condamné aux ténèbres ! Quelle différence y a-t-il aujourd’hui ? » Il haussa un sourcil, dubitatif : « Fais-tu partie de ces idéalistes qui croient en la paix ? »

Le Drow soupira. Tous les peuples réunis sous la même bannière pour combattre le Mal d’Asha. Certains y croyaient fermement, d’après ce qu’on lui avait rapporté. Ils étaient prêts à remuer ciel et terre pour prouver qu’une alliance était possible entre tous les Elfes.

Comme s'il s'était soudainement résigné, le Maraudeur leva les mains devant lui. Dans l'une d'elles se trouvait le carnet.

« Soit. Laissons donc l’objet de notre haine se faire consumer par le feu de la paix. » lança t-il, le regard plongé vers les flammes, un sourire indescriptible étirant ses lèvres dans une expression simiesque.

Il exhiba le carnet, tendit son bras vers celle qui le réclamait tant, de l'autre côté du feu. Qu'elle le prenne, son maudit carnet ! Qu' y avait-il dans ces pages qui en vaille tant la peine, après tout ?
Ainsi, durant une fraction de secondes, l'objet demeura figé, prêt à changer de mains.

Sauf qu’il n’avait jamais été dans l’intention de Rána d’accéder à la requête de l’un de ses ennemis.

Les flammes dessinèrent des ombres cruelles et fugaces sur son visage de pierre, alors qu’il laissait tomber le carnet, maintenant dévoré par les flammes.

Tout en reculant de plusieurs pas, il songea qu’il y avait pire que se faire voler un bien précieux : savoir qu’on ne pourrait jamais le récupérer, quand bien même l’on y mettrait toutes ses forces.

Les pages commencèrent à noircir, sans qu’aucun des trois Elfes ne puisse plus rien faire pour les récupérer.

Le commandant des Maraudeurs n’était guère parti pour en arriver là, mais les affres de la jalousie s’étaient insinuées en lui, le poussant à la cruauté. Quelque chose dans l’air attisait le mal qui habitait le cœur des Drows. Plus il demeurait dans cet endroit, plus il sentait ses pensées glisser vers un chemin plus sombre. L’Elfe noir percevait une aura néfaste en ces lieux, mais il ne pouvait expliquer qu’il soit le seul à ressentir ce phénomène. Peut-être était-ce quelque chose qui vivait déjà en lui, qui sait.

« Pour qu’une alliance puisse exister, il faut se faire confiance les uns les autres. Qui pourrait faire confiance à des traîtres ? »

Il chercha du regard les yeux verts si expressifs de l’archère, guettant la moindre trace de colère ou de désarroi, se régalant d’avoir annihilé tout espoir de retrouver l’objet de sa quête.

« Puisque tu tiens tant à connaître mon nom, je suis Rána de la Maison Daevon E’Lira. »

Comme il estimait qu’il n’y avait plus grand-chose à ajouter, il recula de nouveau, tel un cauchemar qui s’évanouit aux premières lueurs du matin. L’Elfe noir s’effaça derrière la végétation des Marais, sa silhouette se fondant parmi les dernières ombres de ce qu’il restait de la nuit. Une course contre la montre venait de s’engager. Déjà au loin, l’horizon se teintait d’une légère touche de rose. Qui du soleil ou de Rána l’emporterait ? Lui-même se le demandait alors qu’il se faufilait entre les arbres biscornus du marécage.

Spoiler:
 

_________________
"Jal khaless zhah waela" ("toute confiance est une folie")
Couleur = #9966ff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-sang-des-elfes.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Face à face en eaux troubles [Pv Helende et Elënna]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Perdu en eaux troubles
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas
» Mission III : face à face (seconde vague)
» La quête du Temple des Eaux Troubles.
» Sans malice et Kakakok; Un Face à face

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Sang des Elfes :: Le Nord :: Marais de l'Oubli-
Sauter vers: